Thierry SEILLIER directeur Régional de Paprec « porte de graves accusations à l’encontre de l’agglo », selon Angers Loire Métropole .

Biopole toujours au centre des discussions.

Dans une interview parue le 4 avril 2017 dans le journal Ouest France, Thierry SEILLIER, Directeur régional de PAPREC, « porte de graves accusations à l’encontre de la communauté urbaine Angers Loire Métropole (ALM). » indique ce soir la collectivité dans un communiqué

Les nombreuses erreurs, à la fois factuelles et d’interprétation, contenues dans les affirmations de M. SEILLIER « nécessitent la mise au point suivante d’Angers Loire Métropole » précise toujours l’agglo qui répond aux affirmations du cadre de Paprec :

« PAPREC indique qu’ALM prévoit un investissement de 16 M€ alors que les coûts sont estimés à 22 M d’€. »
« C’est faux : Ce chiffre n’est pas évoqué par ALM mais par l’étude SIVERT, pour un centre comprenant le bâtiment que la communauté urbaine n’aura pas à réaliser. De fait, l’investissement pour Biopole sera plus proche des 10 M€ que des 16 ou 22 M€ évoqués imprudemment par PAPREC. »

« Il y a une foultitude d’aménagements à réaliser pour faire du bâtiment existant un centre de tri. »
« C’est faux : L’étude Atlance a estimé le coût des travaux à réaliser à moins d’1 M€. »

« ALM sera plutôt autour de 190 € pour le coût de tri à la tonne. »
« C’est faux : L’étude Atlance a démontré que ce prix sera inférieur à 140 €/T. »

« C’est Véolia qui gère l’unité CSR de Biopole… La collectivité a loué sans appel à projet les bâtiments à Véolia, ALM a imposé l’incinération. »
« C’est faux à plus d’un titre : Premièrement, le marché de traitement des ordures ménagères était ouvert à tous les types de traitement. Deuxièmement, PAPREC a proposé à ALM un projet de gros centre de production de CSR (40 000 T) pour l’Ouest de la France et la création d’une unité de combustion et son raccordement au réseau de chaleur.

Proposer la création d’un incinérateur à cet endroit trahissait une complète méconnaissance de l’histoire des déchets à Angers, ainsi que de l’existence d’unités de fabrication de chaleur amplement suffisantes.

Par conséquent, si le projet de projet PAPREC n’a pas été retenu par l’Agglomération angevine, c’est qu’il n’avait tout simplement aucun sens : ni techniquement, ni économiquement, ni environnementalement. »

« Au bout du compte, les 51 salariés qui travaillent sur notre site à Seiches sur le Loir seront sur le carreau. »
« La création d’un centre de tri à Biopole vise à pérenniser l’emploi sur le territoire angevin, ce qui ne sera pas forcément le cas pour le site de PAPREC dont ALM ignore la pérennité. Le nouveau gros centre de tri de 60 000 T nouvellement créé à Rennes par PAPREC est en effet loin d’être saturé et bénéficie d’un droit d’intervention sur le Maine et Loire.

La politique d’ALM en matière de maintien d’emploi prévoit la création, sur son territoire, d’un centre de tri public dont l’exploitation sera confiée à un opérateur privé. Cet opérateur pourra être l’entreprise PAPREC si, en toute transparence, cette dernière s’avère être la plus compétitive lors de l’appel d’offres. »

(Visited 1 146 times, 1 visits today)

Publié le 04/04/2017

Vous pouvez partager
Retrouvez toute l'actu d'Angers et sa région nos contenus et toutes nos photos et reportages sur notre page Facebook et sur notre compte Twitter La nouvelle application mobile Angers Info est en ligne sur Google Play Store et dorénavant sur toutes les plateformes windows.
Tags:
Catégories:
Environnement

Comments

  • J’ai lu l’article de Paprec.
    Ces précisions sont les bienvenues.

    angevin72 4 avril 2017 21 h 13 min Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

29 + = 38

tv10 thumb