Education

Maine-et-Loire : Le syndicat SNEP-FSU appelle à manifester contre l’interdiction des cours d’EPS en intérieur

Publié

le

Image d’illustration

Le syndicat SNEP-FSU appelle les enseignants d’EPS et d’autres matière à venir manifester devant la Direction des Services Départementaux de l’Education Nationale de Maine-Et-Loire (DSDEN49) contre l’interdiction des cours d’EPS en intérieur, ce mercredi 20 janvier à 14h.

En période hivernale, rares sont les professeurs d’EPS à faire leurs cours en extérieur. Cependant, la décision du gouvernement concernant « l’interdiction des cours d’EPS en intérieur » ne favorise en rien la pratique sportive en école. Face à cette interdiction, le syndicat SNEP-FSU de Maine-et-Loire appelle « l’ensemble des enseignants à se rassembler devant le DSDEN 49, ce mercredi 20 janvier à 14h« . Le SNEP-FSU Maine et Loire dénonce la décision d’interdire les activités dans les espaces couverts alors que « les élèves s’entassent en salle de classe« . Pour le syndicat, « rien ne démontre que les cours d’EPS sont des lieux de contamination. Cette mesure est incompréhensible pour les professeurs d’EPS du Maine et Loire, pour de nombreux établissements cela revient à supprimer purement et simplement l’EPS« .

Les jeunes ont besoin de sport

D’après le syndicat, « l’alerte a été donné concernant les impacts en termes de santé chez nos jeunes liés à la sédentarité du premier confinement. Cette crise sanitaire, selon de nombreux spécialistes a fait la démonstration du besoin de la pratique physique pour tous les jeunes« . La pratique sportive à l’école permet à certains de se libérer et le SNEP-FSU refuse de faire l’impasse sur cette pratique qui serait beaucoup plus difficile, notamment en cette période hivernale. Le syndicat confie que « d’autres mesures auraient pu être prises » et il précise que ce dernier les porte depuis le mois de mars avec une proposition de « demi-groupes pour tous les cours d’EPS, renforcement de l’encadrement par l’emploi de nouveaux personnels« . Mais le ministère de l’Education Nationale « préfère supprimer les espaces couverts qui sont les salles de classe de l’EPS. Tous les professeurs d’EPS veulent retrouver le chemin de leur gymnase pour ne pas priver les élèves d’un enseignement qui contribue grandement à leur santé dans ce contexte anxiogène et de sédentarité » réplique le syndicat.