Politique

Conseil départemental de Maine-et-Loire. Christian Gillet prépare un « budget de combat »

Publié

le

Credit AM

Déjà repoussé, à partir de ce matin le Conseil départemental de Maine-et-Loire se réunit en plénière pour débattre des orientations budgétaires, un budget de transition dans l’attente de connaître les futures dates des élections départementales.

Exit un reversement à la collectivité sur le taux du Foncier bâti, le Département devra composer avec un reversement d’une fraction de la TVA, “on aura les mêmes sommes qu’en 2019 et 2020” assure Christian Gillet, Président du Département de Maine-et-Loire. Le chef de file au Département prévoit des orientations prises après le choc de 2020 et sous le signe d’une « reprise prudente sur fond d’incertitudes persistantes » mais avec un “budget de combat”

Dès 2020 : de même ampleur que la tendance nationale, une augmentation du nombre d’allocataires du RSA en Maine-et-Loire constatée à hauteur de + 9,5 % entre février et décembre 2020.

Un impact plus aigu en 2021 sur l’ensemble des dépenses sociales en conséquence des probabilités de défaillances des acteurs économiques et dans le secteur associatif employeur.

Un effet « ciseaux » entre dépenses et recettes, celles-ci étant dorénavant privées de levier fiscal

Des ressources inférieures aux moyennes des autres départements en terme de caractéristiques structurelles

Si le département de Maine-et-Loire se situait à la moyenne des départements de même strate démographique, ses recettes de fonctionnement seraient supérieures de 129M d’euros. Or, en euros par habitant, le département se situe à 840 contre 999 pour les autres départements de même strate. Le Maine-et-Loire est donc en avant-dernière position pour les départements de métropole.

En terme d’investissement, le Maine-et-Loire poursuivra poilitique autour des routes, et de la rénovations des collèges du département et enfin le département compte poursuivre l’aménagement du bassin de la Maine, élaborer un nouveau plan départemental des espaces naturels sensibles et poursuivre l’étude globale de la ressource en eau et ses usages sur le territoire.

Budget de « combat » face aux incertitudes

Pour faire face à la crise, le Département a généré un budget de fonctionnement = 67.7% du budget de fonctionnement au titre des solidarités humaines. Un effort d’investissement accru est demandé pour la relance de l’économie et le développement du département.

En conclusion une situation financière à venir dépendante principalement de l’évolution des produits de DMTO, du niveau de dépenses sociales et, parallèlement à la capacité d’autofinancement dégagée, de la mobilisation des dispositifs de relance.

Pour l’opposition au Département  » Ces marges de manœuvres doivent être employées à accompagner les plus fragiles de nos concitoyens : être aux côtés des familles en développant les mesures d’accompagnement préventif, être aux côtés des collégiens en facilitant des projets de réussite éducative, être aux côtés des étudiants, des jeunes sans emploi et des nouveaux allocataires du RSA en élaborant des mesures d’accompagnement individuel et collectif. Prévenir les ruptures sociales doit être une préoccupation et une ambition commune à l’ensemble des acteurs sociaux et éducatifs, en 2021. »