2ème ligne du tramway et finances aux débats du Conseil d’agglo d’Angers

Crédit Thierry Bonnet -Ville d'Angers- Un groupe visitant le centre technique et de maintenance du tramway à Angers.

Crédit Thierry Bonnet -Ville d’Angers- Un groupe visitant le centre technique et de maintenance du tramway à Angers.

Grosse session demain soir à l’agglomération pour le traditionnel conseil de communauté mensuel, Christophe Béchu rapportera le point de vue sur l’état de la dette ainsi que les perspectives pluriannuelles pour le budget. La ligne B du tramway sera aussi au débat.

Report de la ligne de tramway
Dans le cadre du projet d’agglomération d’Angers Loire Métropole, la seconde ligne de tramway fait l’objet de délibérations. En effet, il existe trois hypothèses. La première est de réaliser immédiatement l’ensemble de la ligne, la seconde est de phaser la réalisation en plusieurs tranches et la dernière est de différer l’ensemble de la ligne. « Une réunion à débats s’est faite avec les 34 maires de l’agglomération pour concrétiser le calendrier des réalisations ».Pour l’opposition angevine qui n’était pas conviée aux débats , cette démarche est « irrespectueuse, cette décision aurait dû être sereinement débattue dans un véritable espace démocratique avec l’ensemble des conseillers communautaires.Le conseil de la communauté urbaine devient une simple chambre d’enregistrement qui valide des décisions prises à l’avance par une assemblée plus restreinte que celle qui a été démocratiquement élue. « .

Cette réunion a permis de conclure qu’il n’est pas possible de finir la ligne pour 2020 en la commençant de suite car il n’est pas souhaitable de lancer deux enquêtes publiques en même temps. Il est aussi impossible de refaire simultanément la place de l’Europe du quartier Monplaisir et la ligne de tramway. Une reprise de chantier crée une augmentation des fiscalités et engendre un sentiment de rejet ou de délaissement si une partie de la ligne est faite dans certains quartiers et pas d’autres. « Il est donc préférable de faire la ligne en une fois après la reconstruction de la place de l’Europe à Monplaisir » explique C. Béchu, président de la communauté urbaine. La ligne est alors souhaitée pour 2022 sans augmenter le poids des impôts.

Pour Frédéric Béatse et son groupe cette délibération est succinte « Elle se contente d’affirmer sans rien démontrer : aucune estimation financière ni donnée technique ne sont fournies pour justifier du report de la réalisation de la ligne. La délibération ne fixe pas d’objectif temporel de livraison : seul le début des travaux est annoncé pour 2019. Ainsi l’agglomération ne s’engage pas vis-à-vis des futurs usagers. Voyant qu’il ne pourrait jamais tenir les délais et les coûts annoncés, C. Béchu a trouvé une parade : en temps de crise l’argument financier fonctionne toujours, alors il plonge dedans à pieds joints… Une 2ème ligne de tramway n’est pas qu’une opération financière : qualité de vie, emplois, environnement, dynamisme, quartiers, des éléments qu’on ne peut pas chiffrer tant ils sont fondamentaux… mais tout cela va devoir attendre ! C. Béchu fait preuve d’un réel manque de courage politique en n’assumant ni les travaux ni les coûts. »

Promesse abusive pour les écologistes « Après des mois d’inactivité, la majorité angevine a donc tranché en reportant le projet de ligne B du tramway. L’argument principal évoqué ? Le coût de 245 M d’€ et l’augmentation induite des impôts pour les ménages. Oui, notre collectivité s’est endettée, notamment en construisant la 1ère ligne de tramway. Mais ces chiffres sont connus depuis 2014 par Christophe Béchu. On peut dès lors parler de promesse abusive de campagne et même de mensonge sur un dossier majeur. »

Les écologistes proposent une autre solution.

EELV demande un rendez-vous avec l’agglomération et son président pour lui soumettre un plan pour financer une ligne B complète à hauteur de 160 millions d’€ d’ici 2020, sans augmenter les impôts.

« Les écologistes ne renoncent pas à cette ambition d’une ligne complète de 9 km allant de Monplaisir au campus de Belle-Beille. A l’instar de Besançon, nous devons être en capacité de proposer un projet à 17,5 millions d’€ du kmen réduisant un certain nombre de coûts. Si la réfection complète des réseaux souterrains est une nécessité, les aménagements urbains (trottoirs, chaussée, éclairage…) peuvent être bien plus sobres, quitte à être améliorés ultérieurement. Le nombre de sous-stations électriques peut aussi être réduit. Il est ainsi passé de 11 à 7 sur la 1ère ligne bisontine. Pour ce qui concerne le matériel roulant, notre collectivité doit se lier à d’autres (Nantes, Strasbourg, Nice…) pour procéder à un achat mutualisé des rames. C’est ainsi que Dijon et Brest avaient gagné 25% sur le prix d’achat avec Alstom en 2008. » Les écologistes demandent donc un rendez-vous au président d’Angers Loire Métropole afin de lui soumettre ces propositions et réorienter dès à présent les études en cours pour revoir les coûts initialement prévus.

Orientations budgétaires

L’objectif est d’améliorer l’épargne pour limiter le coût des emprunts. La perte de recette de la communauté urbaine est de 28 millions d’euros. Ce passage en communauté urbaine est un gain de 18 millions d’euros. « La perte aurait été de 46 millions d’euros si nous étions restés en agglomération » assure Christophe Béchu. Passer en communauté urbaine permet de gagner quatre millions d’euros de dotations. Les recettes et les dépenses sont stables engendrant une baisse de l’autofinancement et une augmentation des investissements. Depuis le 1er janvier 2014, le désendettement de l’agglomération est de 23 millions d’euros. « C’est une baisse de 100 € par habitant en deux ans ». 40% de la dette était à risque. Elle est descendue à 30% aujourd’hui par la vente du Yen. Il s’agit de l’abandon des dettes à risque par l’emprunt. Des crédits nouveaux ont été faits sur l’enseignement supérieur et la recherche.

Publié le 14/02/2016

Vous pouvez partager
Angers Info est un média 100% indépendant. Aidez-nous dans notre développement. En soutenant Angers Info ici , chaque donateur bénéficie d'une réduction d'impôt de 66 % du montant de ses dons, dans la limite de 20 % du revenu imposable. Il reçoit un reçu fiscal en fin d’année.

Retrouvez toute l'actu d'Angers et sa région nos contenus et toutes nos photos et reportages sur notre page Facebook et sur notre compte Twitter

La nouvelle application mobile Angers Info est en ligne sur Google Play Store et dorénavant sur toutes les plateformes windows.

Tags:

Comments

  • Le tramway ou la monumentale folie angevine…
    On envisage la construction d’une 2° ligne sans se prévaloir auparavant d’un bilan indiscutable démontrant le bien-fondé de l’établissement de la 1°.
    Considérer cette 2° ligne comme un acquis relève d’une bien grande irresponsabilité chez nos élus.
    Avant de s’engager dans ce vertigineux investissement, sommes nous capables d’en démontrer l’impérieuse nécessité? d’en faire valoir de substantiels bénéfices?
    Un bilan honnête doit comporter trois volets: les aspects économiques et financiers, le service rendu, le respect de l’environnement.
    * Nul besoin de s’étendre sur les aspects financiers et économiques, ils sont désastreux à tous points de vue, confiscation d’une grande part du potentiel d’investissements de la cité et ceci pour de longues années, augmentation sensible des coûts de transport urbain, taxes accrues sur les entreprises et particuliers, perte de toute possibilité de se réorienter sur les trente prochaines années vers des offres de transports publics mieux adaptés à nos besoins, non polluants, utilisant des nouvelles technologies alors mieux maîtrisées (électrique, moteurs à hydrogène, etc…).
    Trois termes négatifs: folle dimension de l’investissement, coûts excessifs du fonctionnement de deux réseaux différenciés, fermeture à toute nouvelle option d’avenir sur au moins trente ans.
    * Le service rendu, parlons en! écartons immédiatement le confort fessier des voyageurs, indiscutable mais à quel prix! Etabli dans une cité qui ne s’y prète absolument pas, voies étroites et contournées, aucun axe réellement privilégié de destination des voyageurs, le tramway sur sa 1° ligne remplace désavantageusement une ligne de bus plus souple, plus rapide, avec des possibilités de modularité qui permettent de s’adapter au débit sans accroître le temps d’attente aux stations, défaut majeur de l’option tramway enfermé dans son offre bloquée d’itinéraire et de capacité maximale, condamné à une grande lenteur hors grandes lignes droites et espaces protégés du fait de son incapacité à se stopper rapidement.
    * Evoquons les ravages de ce mode de transport : confiscation d’un immense espace urbain dédié ce qui entraîne dans notre ville d’angers, totalement inadaptée, une perturbation considérable de la circulation et pénalise particulièrement véhicules de service, véhicules commerciaux et Bus qui se voient privés de nombreuses voies confisquées par le tram. Insistons sur les ravages. Pour n’en citer que quelques unes, rues Létenduaire, Alsace, Thiers et rue de la Roë gravement polluées par ces machines qui dévorent tout l’espace et distribuent généreusement aux riverains des sons aux fréquences basses pénibles à supporter, sans parler des grincements et chocs aux passages en virage et sur aiguillages. Un coup d’oeil triste sur la place du Ralliement, détruite, horriblement blessée par une saignée oblique profonde et la présence d’une aiguille qui se fait détester du fait de martèlements et grincements systématiques à chaque passage.
    Autre phénomène pervers, l’implantation de la 1° ligne a détruit la maillage du réseau de Bus urbains. Pour réorienter les voyageurs vers le tram, on a asséché en bus le voisinage de la ligne de tram et fait converger toutes les lignes vers le Bd Foch, ceci au détriment d’un bon équilibrage du réseau sur toute la surface angevine. Tout pour le tram plus rien pour le réseau Bus.
    Une 2° ligne aggraverait sensiblement ces nuisances, casse dramatique de la calme Doutre, circulation lourdement pénalisée en zône Bd Ayrault, Carnot et par la perte de 2 voies sur la pénétrante Montaigne qui dessert tout le sud-est angevin, débit accru sur les rues Thiers, de la Roë, place du Ralliement et rue d’Alsace, que dire de deux ponts dédiés, le Confluence tout de « traviole » et du même acabit, un futur « original » voisin du magnifique pont de Verdun.
    En conclusion, cette 2° ligne ne répond aucunement à un besoin clairement identifié, elle est follement coûteuse. Le cerveau affaibli par un matraquage permanent « Sans tram pas de salut » et une manipulation politique douteuse (requalification des quartiers…), les populations de Belle-Beille et Monplaisir, plutôt que de réclamer des emplois, ce qu’elles seraient en droit d’attendre, se laissent berner et « valoriser » par la promesse d’un beau tramway rutilant… N’insistons pas.
    Les étudiants, souvent cités, ce qu’ils recherchent ce n’est pas le confort d’un tramway poussif, c’est se déplacer rapidement, à peu de frais, sans temps d’attente excessifs, partout sur Angers. Seul un réseau de Bus bien organisé peut répondre à ces attentes.
    Finalement, folie financière, inadaptation à notre cité d’où inefficacité, détérioration du maillage de Bus, perte de solutions d’avenir, nuisances graves, alors où allons nous? Réveillons nous! Devons nous nous river définitivement sur ces rails cloués au sol?
    On peut rêver. Et si Angers, au lieu de se lancer et de persister dans cette folie, s’était positionnée comme championne du véhicule électrique, particuliers et Bus (Scania)? Déclarée ville modèle de France, quel renforcement d’image! et quelle belle option sur l’avenir!

    Fracasse 14 février 2016 14 h 17 min Répondre
    • attention fracasse tu adore trop ta voiture avoir des ambitions comme ça cela s’appelle du fanatisme et destructeur du développement durable.

      isabelle 15 février 2016 8 h 17 min Répondre
  • Fanatique et destructeur, alors là je veux bien être comme Fracasse qui, pour le connaître un peu, n’a pour seul moyen de locomotion que ses pieds qu’il fait travailler environ 1h30 par jour et, lorsque les jours sont radieux, les emmène quelques 12 kms dans la journée !!!!!!!!!!!
    Il s’agit d’un fin observateur du réseau angevin qui a surtout à l’esprit le côté pratique, économique (avant de penser à un tramway horriblement cher qui signifie augmentation démesurée des impôts, vous êtes sans doute concernée, pourquoi nos élus ne pensent-ils pas plutôt à relancer l’économie et faire venir des entreprises annonciatrices de créations d’emplois !)… D’ailleurs, vous parlez de développement durable, c’est louable, Fracasse y participe par sa non pollution… alors où est le bassin d’emplois qui serait tant le bienvenu pour notre pauvre Angers et sa périphérie si mal en point ???? Horticulture, tertiaire, il y a tant à développer mais là silence radio… Et tramway = développement durable, j’en doute, quand je passe devant le site où il est en maintenance et qui crache une épaisse fumée qui ne me rassure pas…

    gundark mynock 16 février 2016 13 h 39 min Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 + 3 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

titre