Angers

Orientations budgétaires du département de l’Anjour 2021 : présentation et opposition

Publié

le

Orientations budgétaires du département de l’Anjour 2021 : présentation et opposition (DR)

La session budgétaire du Conseil départemental a eu lieu ce lundi 15 février.

La séance était consacrée au vote du budget primitif 2021. Cette année est marquée par un contexte mondial qui fragilise les économies et donc les politiques territoriales. « La crise est présente, l’Anjou n’y échappe pas. Ainsi par exemple, le Maine-et-Loire suit la progression nationale du RSA qui connait une hausse de +10% soit plus 2 millions de personnes, qui vivent ou plutôt survivent de cette allocation minimale. » énonce au début de son discours Christian Gillet, Président du Conseil départemental.

En réponse à la crise, le Conseil votera le budget d’investissement le plus important de la mandature avec un total de 96M€ les 13 et 20 juin prochains. Ces investissements serviront à financer les divers projets établis par le Conseil.

Principaux projets 2021

Poursuite de la modernisation des collèges

Les établissements concernés sont, entre autres, les collèges Les Roches à Durtal, Pompidou à Champtoceaux, C. Claudel au Louroux Béconnais, P. Eluard à Gennes et Millet à Doué… Plus de 24M€ seront consacrés à ce projet et permettront la mise en oeuvre du plan collège numérique 2021, d’un programme d’actions éducatives et citoyennes plurielles mais aussi le développement d’actions autour des sports pour les collégiens et les habitants. « L’éducation est la base de toute civilisation et de tout progrès » a annoncé aujourd’hui Christian Gillet.

Entretien des routes

Près de 30M€ seront consacrés à la poursuite de l’entretien des routes mais aussi du programme de travaux neufs sur les routes départementales 960, 963, 347 et 752 pour des voies plus sécurisés, adaptées au trafic. Cet investissement permettra également l’entretien des ponts d’Ingrandes et de Denée, considérés comme ouvrages d’art. Cet argent sera également investit dans le schéma département des liaisons vélo du quotidien, un projet d’amélioration du domaine cyclable pour les trajets de tous les jours.

Soutien aux communes

Un plan de soutien à l’investissement à destination des communes d’un premier montant de 15M€ sera débloqué. Si les finances du Département le permettent, ce chiffre pourrait être revu à la hausse.

Un opposition qui envoie valser

A ce budget 2021, l’opposition ‘L’Anjou en action » a réagi ce 15 février 2021 dans un communiqué de presse introduit par Grégory Blanc, conseiller départemental du canton d’Angers 7 et chef de file de a gauche au conseil départemental. Filant la métaphore musicale, l’opposition départementale ironise sur ce budget qu’elle considère être comme « une valse en 3 temps ».

« Au 1er temps de la valse, on se lance, on se regarde, on se laisse prendre. Dans ce Budget, chapitre après chapitre, on voit enfin apparaître des propositions que nous formulons depuis longtemps, quelquefois même avant le début de ce mandat. Alors on lit, on tourne les pages, on sourit, on espère et on se dit « enfin ! ». Ce sont les temps d’échanges « philo » avec les collégiens que nous évoquions déjà lors des attentats de 2015 sentant le besoin d’expression sur des sujets complexes avec des jeunes qui quelquefois ne trouvent pas les mots. S’écouter, se comprendre, avec cette crise que nous traversons, il y a toujours cette urgence à déployer ces innovations. De même : l’ouverture de l’aide sociale pour nos aînés en Résidence Autonomie, l’augmentation du budget des pompiers, la baisse de l’enveloppe du Président et le renvoi des débats dans les commissions pour que les aides s’inscrivent dans un cadre plus démocratique, … à ce budget, on voit aussi -là encore enfin ! – le déploiement de ces nouveaux dispositifs pour renforcer le dialogue dans les familles d’enfants placés sur décision de justice, etc. On tourne les pages. Oui, « c’est troublant, c’est charmant », comme au 1er temps de la valse. » raconte Grégory Blanc. Le chef d’opposition accueille dans un premier temps avec bienveillance ce budget  » Mes collègues et moi sommes des réformistes, pour beaucoup ayant démarré dans le syndicalisme. Alors quand ça avance, même à quelques semaines des élections, et peu importe les intentions réelles qui président à ces décisions, nous : on prend ! Nous sommes pragmatiques. »

Ensuite, dans ce que l’auteur du communiqué appelle le « 2è temps », « on compte et on s’interroge » explique Grégory Blanc. « Pour tout dire, plus on compte, plus on s’interroge. Et on se dit que cette session va pour beaucoup être orientée sur ces questionnements : comment comptez-vous financer toutes ces actions nouvelles annoncées pages après pages ? Pour certaines, c’est clair. Pas de soucis. Mais pour d’autres… qu’en est-il réellement ? » L’opposition prend plusieurs exemples pour illustrer, parmi lesquelles la protection de l’enfance, dénonçant des coupes dans le budget malgré de nouvelles actions de prévention. Ou encore pointe du doigt la « très belle délibération sur l’insertion » (Job Anjou, lancement de kits, engagement dans le projet saumurois « territoire zéro chômeurs ») « Là encore, nous retrouvons de nombreuses idées que nous avons émises, … Mais quand on compte, alors même qu’en recettes, il y a des subventions nouvelles de l’Etat et de l’Europe, du BP 2020 au BP 2021, les dépenses globales pour les actions d’insertion baissent de 500 000€… alors que le nombre d’allocataires RSA explosent. Pourquoi ? »

Enfin, le « 3è temps » permet à l’opposition de dénoncer un manque de vision pour l’avenir « Parce que, si nous avons compris que ce budget bouche électoralement les angles et qu’il est un budget de transition, quand on regarde au-delà de l’horizon de ces 1 000 pages, où allons nous ? Comment voulons-nous déployer le service public départemental sur nos territoires, avec qui et pour quoi faire ? Quelle analyse faisons-nous dans la durée des impacts de cette crise sanitaire ? Quid des impacts de la crise climatique ? De la préparation de notre département au vieillissement ? ».