Angers

Angers.Ils manifestent leur indignation à l’UCO.

Publié

le

Environ 150 personnes étaient mobilisés ce matin devant l'UCO

Environ 150 personnes étaient mobilisés ce matin devant l’UCO

Suite aux récents événements survenus lors de la conférence de Tugdual Derville organisée par le diocèse d’Angers, au sein de l’Université Catholique de l’Ouest, les étudiants, les enseignants, les syndicats et toutes les personnes scandalisées ont été invitées à manifester leur indignation lors d’un appel à la mobilisation ce vendredi.

Nous avons rencontré Aykel Garbaa, étudiant en deuxième année de licence Sociologie-Anthropologie à l’UCO, reponsable du Mouvement Jeune Socialiste de Maine-et-Loire. Il fait partie des étudiants agressés durant la conférence

« Aujourd’hui, nous nous regroupons tous, étudiants, parents, enseignants et syndicats d’enseignants indignés, pour montrer qu’on est contre le fait qu’il y ait de la violence au sein de l’université, qui plus est, par des personnes extérieures à l’université et qui viennent dans un amphithéâtre tabasser et sortir des étudiants « chez eux ». Ensuite, nous comme contre le fait qu’il y ait une manifestation politique. Cela a été présenté sous la forme d’une conférence pseudo-philosophique, mais comme l’indiquait le site du diocèse (la page a désormais été supprimée), c’était clairement à vocation de « créer des alvéoles pour asseoir un courant dans l’opinion ». Nous ne voulons pas d’une université politique, nous voulons qu’il y ait un débat d’idées, une diversité d’opinions, que les étudiants puissent prendre la parole. Cela a été le début du problème, on nous a interdit de prendre la parole alors nous avons tenté de nous lever afin de la prendre et des « gorilles » se sont jetés sur nous pour nous taper, sous les yeux du recteur et des 600 partisans de Tugdual Derville. Ce que l’on attend aujourd’hui, c’est le que recteur ait une expression différente de celle qu’il a eu jusqu’à présent, qui a été très ambiguë. Qu’il dénonce clairement ce qu’il s’est passé, qu’il dénonce qu’il y a eu de la violence au sein même de son établissement. Qu’il se désolidarise de cette organisation, car l’UCO dit qu’elle n’est pas organisatrice de cet événement, alors qu’elle a Twitté et invité les étudiants à cette conférence. De plus, le recteur a introduit cette conférence. »

 

La rédaction apporte chaque jour son lot quotidien d'information angevine, pour vous fournir l'essentiel de l'actualité de la journée.Vous avez une information urgente, pratique, n’hésitez-pas envoyez la nous sur redaction@my-angers.info

Continuer à lire
5 Commentaires

5 Commentaires

  1. durand

    21 février 2014 at 22 h 12 min

    faux cul de recteur comme toujours

    • david

      22 février 2014 at 0 h 57 min

      dans une université privé, il on le droit de faire des débat.Si des gens monte sur la scène pour interrompre il se font dégager et si il veulent pas faut les pousser .c’est la vie.
      UCO EST PRIVER

  2. meli

    21 février 2014 at 23 h 34 min

    Monsieur.
    que de haine dans votre texte de publication.
    Vous en oubliez de nous preciser à nous lecteur non averti quel etait le thème de la conférence et quel sujet vous a hérissé le poil au point (je suppose) vouloir prendre la parole à tout prix.
    Il est possible Monsieur, (ignorance de ma part) qu’il n’était pas prévu un temps de réponse et que de vouloir prendre la parole à tout prix representait un genre de bazar ou de trouble fête.
    j’imagine la suite, on vous a demandé de sortir et vous n’avez pas voulu d’où l’emploi de la force….
    Alors suis je loin de la vérité moi qui na rien vu ni entendu ?

  3. meli

    21 février 2014 at 23 h 40 min

    pour Mr Durand qui s’exprime ci dessus.
    je n’ai jamais eu la chance de fréquenter l’université mais si vous vous plaisez pas dans celle ci allez dans une autre.
    personne ne vous a forcé à vous inscrire !
    faux cul ??? qui ???

  4. Hélène

    23 février 2014 at 10 h 16 min

    Méli, vous n’étiez pas présente donc si vous pouviez éviter les hypothèses calomnieuses.
    J’étais présent à cette conférence pour écouter M. Derville. Je ne faisais pas parti de ce groupe de jeunes mais ce qui s’est déroulé ce soir là est inadmissible et indéfendable.
    Ce groupe est resté calme et respectueux durant toute la conférence. Au moments des questions, les organisateurs ont systématiquement refusé les leurs, délibérément.
    C’est alors qu’un des jeunes est allé parlementer durant de longue minute avec l’organisation pour demander la parole (la conférence se poursuivait pendant ce temps).
    Au bout d’un moment, il a fait signe à ses soutiens de se lever, sans doute pour montrer à l’organisation qu’il n’était pas seul et que leur laisser un droit de réponse était la moindre des choses.
    C’est alors qu’un des jeunes a levé la main et dit « Excusez-moi ». A peine eut-il fini sa phrase qu’une quinzaine de jeunes, aidés du service d’ordre aux méthodes pour le moins douteuses ont sortis, sans somation, le groupe de jeunes étudiants de l’UCO qui souhaitait simplement pouvoir s’exprimer.
    Lorsque je lis que les jeunes se sont « rués vers la scène », je peux vous assurer que c’est faux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

10 + = 18