Sante

Coronavirus : les variants finiront par prendre le dessus en Pays de la Loire

Publié

le

Crédit Samu Vendée.

Au cours de la conférence de presse de l’Agence Régional de la Santé des Pays de la Loire, les spécialistes en infectiologie ont fait comprendre que les variants finiront par prendre le dessus sur « le variant historique » que les services de santé connaissent.

Depuis 7 jours, les indicateurs de la Covid-19 augmentent dans la Région Pays de la Loire. D’après le Docteur Pierre Blaise, directeur scientifique à l’ARS Pays de la Loire, « les chiffres augmentent car les variants prennent plus de place que le 1er variant historique« . Sur les variants criblés par les laboratoires, le variant britannique représente 90 à 95% des variants détectés et plus de 50% des cas de Covid-19 sur le territoire national. Ce variant favorise une transmission plus importante du virus et est l’une des principale raison de l’augmentation des indicateurs comme celui du taux d’incidence qui a augmenté de 23% dans la région Pays de la Loire. En Maine-et-Loire par exemple, le taux d’incidence s’élève à 180 pour 100 000 habitants alors qu’il était 154,7 la semaine dernière. Comme l’a expliqué Jean-Jacques Coiplet, directeur général de l’ARS des Pays de la Loire, « l’objectif est de freiner l’épidémie« . C’est pour cette raison que le dispositif de quarantaine a été augmenté à 10 jours suite à la présence des variants.

Freiner l’épidémie

Si le docteur Pierre Blaise précise qu’il « faut encore attendre quelques mois pour voir les effets du vaccin avant de voir le bout du tunnel« , un constat a été fait « les contamination sont beaucoup plus importantes lors de fêtes de familles et de rassemblement familiaux. Vient ensuite les contamination chez les personnels de santé et enfin sur le lieu de travail« . Pour cette raison, le préfet de région, Didier Martin, a demandé des « contrôles plus régulier, notamment en fin de journée. Si globalement il y a un bon respect des règles, la police et la gendarmerie seront plus sévère s’il le faut pour faire respecter le couvre-feu qui commence à être de moins en moins respecté« .
Dans les écoles de la région, on se prépare à mettre en place des tests salivaires. Ceux-ci seront destinés, en priorité, aux élèves de maternelle et de primaire, avec l’accord des parents en amont. Ce dispositif sera mis en place dès le 8 mars prochain.