Transport

Projet de mise en 2×3 voies de l’A 11 sur la portion nord d’Angers : l’Autorité environnementale juge l’étude d’impact « contestable »

Publié

le

Credit Vinci Autoroute – Le viaduc de la Maine à Angers.

Sur demande du Préfet de Maine-et-Loire, l’Autorité environnementale vient de rendre son avis délibéré, jugeant l’étude d’impact « contestable » et donne des recommandations sur la mise en place du projet de mise en 2×3 voies de la portion nord de l’autoroute A11 d’Angers.

Ce projet concernant une portion de l’autoroute A 11 a été proposé par le maître d’ouvrage Cofiroute. Ce projet vient s’inscrire dans un contexte d’évolution de l’urbanisation de la métropole d’Angers. Les objectifs affichés de ce changement sur cette portion de l’autoroute A11, viserait à réduire la congestion, quasiment inexistante, et l’amélioration du confort des usagers, notamment lors des périodes estivales et en cas d’interruption d’une voie de circulation.

Pour l’Autorité Environnementale, plusieurs enjeux environnementaux sont essentiels dans ce projet comme les émissions de polluants, le bruit, les émissions de gaz à effet de serre, l’urbanisation ou encore les risques d’inondation. Le paysage est évidemment un enjeu majeur évoqué dans l’avis délibéré.

Mais l’Ae considère que l’étude d’impact repose sur un postulat contestable, lié à l’estimation des trafics futurs.  » En effet, alors que le projet est justifié, entre autres, par l’anticipation d’une saturation à moyen terme de l’infrastructure et qu’il permet une modification des mobilités en ville, l’étude repose sur l’hypothèse que le projet sera sans incidence sur le trafic à court, moyen et long termes. Il résulte de ce choix que les écarts entre la situation de référence (« évolution au fil de l’eau ») et la situation avec le projet sont considérés comme négligeables pour le bruit, la pollution de l’air, les effets sur la santé, les consommations énergétiques, etc. » L’Autorité Environnementale conclue « Les incidences, fondées sur cette hypothèse erronée, étant jugées ipso facto non significatives, très peu de mesures d’évitement, de réduction ou de compensation sont proposées ».

Des recommandations sont finalement émises par l’instance. L’Ae appelle à prendre en considération un trafic réduit dans le scénario sans projet pour tenir compte de l’effet dissuasif de la saturation de l’ouvrage actuel et des effets des politiques publiques de transition énergétique et écologie. L’estimation du trafic induit par le projet doit être revue et modifiée en conséquence. Concernant l’impact sur les émissions de gaz à effet de serre, ce dernier doit être évalué et des solutions de substitutions conformes aux réglementations devront être présentées. Une notion de modification significative doit être appliquée à l’échelle des nuisances sonores de l’infrastructure et des mesures d’évitement ou de réduction devront être proposées. La compatibilité du projet avec les réglementations concernant les concentrations de particules fines dans l’air et de NO2, devra être garantie. Et pour finir, une évaluation complète des risques sanitaires, y compris pour les retombées au sol, devra être réalisée.

Le Projet de Cofiroute doit prendre forme en 2023 pour un montant de 70 millions d’euros.

L’avis détaillé des observations et recommandations de l’Ae est disponible à ce lien : http://www.cgedd.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/200304_contournement_nord_angers_49_delibere_cle5497af.pdf

L’avis délibéré complet est disponible à ce lien : http://www.cgedd.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/200304_contournement_nord_angers_49_delibere_cle5497af.pdf

La rédaction apporte chaque jour son lot quotidien d'information angevine, pour vous fournir l'essentiel de l'actualité de la journée.Vous avez une information urgente, pratique, n’hésitez-pas envoyez la nous sur redaction@my-angers.info

Continuer à lire
Cliquer pour commmenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ 50 = 53