Martin Lacroix: Le président des Ducs d’Angers s’exprime

Suite à l’article paru samedi matin dans Ouest France, annonçant le « remerciement » de Martin Lacroix, je souhaite apporter certaines précisions. Évidemment, je confirme notre volonté de ne pas reconduire le contrat de Martin pour la saison prochaine. Je comprends, et j’avais bien envisagé toute l’émotion qu’une telle nouvelle allait susciter, eu égard à la personnalité de Martin et à son investissement dans le club.

Nous sommes cependant surpris et regrettons la communication sur ce dossier. Nous avons tous été pris de court par un journaliste très informé.

Bien qu’ennuyé de ce mauvais timing, je considère la chose comme anecdotique, voulant davantage m’attacher à la manière de traiter humainement une fin de saison, ou le meilleur n’est pas de mise.

Je reviendrais simplement sur cette saison 2010/2011 qui n’a été simple pour personne.

En avril 2010, Martin Lacroix signe un contrat d’entraîneur adjoint avec notre club, pour suppléer Heikki Leime. Comme vous le savez, Heikki entraîneur principal reçoit une très belle proposition de Turku son club de cœur, ce qui ne se refuse pas. Fidèles à nos convictions, de conserver dans notre club de réelles valeurs humaines, je le libère, même si sportivement cela nous rend les choses plus difficiles.

En parallèle, toujours dans un souci de structuration du club, il avait été décidé d’adjoindre à l’organisation sportive, un directeur sportif : Alain Vogin.

Premier bouleversement, Heikki part ; après négociations Alain le remplace. Début août, tout est calé. Mais à 2 jours de la reprise de la saison, Martin m’apprend qu’en fait, malgré le contrat qui nous lie, il a signé dans un club Canadien et que déjà, il a participé à la conférence de presse de début de saison.

De l’étranger où je suis en vacances, il a fallu faire face et surtout rassurer Alain Vogin, qui de directeur sportif était devenu entraîneur assisté d’un adjoint, puis entraîneur sans assistant dans un premier temps. Ensuite, est arrivé ce que l’on sait, le drame.

Apprenant la nouvelle du décès d’Alain, Martin m’a demandé à revenir auprès des Ducs ; ce à quoi j’ai accédé. J’avais d’autres solutions, mais j’ai trouvé que dans ce moment de grande souffrance que nous traversions, la solution d’un retour de Martin serait la moins perturbatrice, et apaiserait probablement un groupe très affecté.

Nous nous sommes mis en recherche d’une solution afin que Martin soit aidé. Kévin Constantine est arrivé. Tout ceci s’est fait avec l’aide précieuse et constructive du capitaine des Ducs et des assistants. Et puis Constantine est parti pour la Suisse. Martin Lacroix a alors fait part de son souhait de diriger seul l’équipe, en se référant et s’appuyant sur le travail entamé et les compétences acquises lors de cette collaboration fructueuse.

Des objectifs ont été alors clairement établis ; ils ont été validés par Martin.

Les Ducs ont fait la saison que l’on connaît. Au fil du temps, le staff et moi même sentions bien que le système de jeu doucement, mais surement se délitait. J’en ai parlé avec Martin.

La double confrontation avec Grenoble lors de la demi-finale de la Coupe de la Ligue était un premier avertissement.

La série de quatre matchs contre Strasbourg en demi-finale de la Ligue Magnus est venue confirmer mes craintes, et avec le Staff, dès le premier match du vendredi à Angers, nous nous sommes posé des questions sur la capacité de Martin à trouver les bonnes solutions pour contrecarrer le piège tendu par l’entraineur Strasbourgeois, Daniel Bourdages. Nombreux sont les spécialistes à avoir dit ne pas reconnaître l’équipe d’Angers. Ne parvenant pas à trouver la faille, et pourtant individuellement bien supérieur, le seul sursaut à cet échec est venu lors du 2e match, par des réponses individuelles.

Craignant le pire, je me suis cependant conformé à la volonté de Martin d’y croire et j’ai espéré en son talent de meneur d’hommes. Que faire d’autre ? Et la défaite brutale, mais supputée, arrive en 4 matchs, avec en fil rouge, les difficultés de réajustement tactique.

Dans une fin de saison comme celle-ci, il faut aller vite et en même temps prendre les bonnes décisions pour l’avenir du club. Devant cette déconvenue, j’ai choisi avant toute chose de faire appel à des spécialistes du hockey, des gens de belle pointure, pour m’éclairer sur notre défaillance.

Les verdicts sont tombés, confirmant notre scepticisme.

Comme il se doit, j’ai convoqué Martin.

Dans une discussion d’hommes, il a reconnu ne pas avoir rempli les objectifs, et savoir ce que ça impliquait pour lui. Aucune tromperie, aucune brutalité dans tout ceci, si ce n’est l’espérance d’une seconde chance de la part de celui qui aime l’Anjou et le club d’Angers, et qui, à raison, estime lui avoir beaucoup apporté.

Si j’ai logiquement décidé de ne pas renouveler le contrat de Martin (contrat arrivant à échéance à la fin de cette saison), je peux vous dire que cela a été fait dans un souci de respect.

Je connais Martin depuis 18 ans, et après le début de saison traumatisant que l’on a vécu, croyez bien que l’on ne prend pas une décision à la légère et que se séparer d’un ami est à la fois compliqué et plus que douloureux. J’aurai préféré pouvoir faire un autre choix.

Je tiens à remercier Martin, pour tout ce qu’il a apporté au club durant toutes ces années, en tant que joueur puis Capitaine.

Nous avons ensemble eu de grandes joies et écrit de belles pages, que j’illustrerais simplement par un souvenir exceptionnel : Martin soulevant le premier trophée du club à Bercy en 2007 ; croyez-moi une telle image et un tel bonheur, ça ne s’oublie pas.

Tout comme mon souhait de retirer son Nº de maillot, qui n’est pas le moins du monde altéré par l’année venant de s’écouler.

Je souhaite sincèrement à Martin de réussir, dans tous les compartiments de sa vie et pour bien des raisons, je suis convaincu que son meilleur est à venir. Je lui garderai, ainsi que le staff des Ducs et l’équipe dirigeante, une place affective privilégiée.

Michaël Juret,

Président des Ducs D’Angers

 

Publié le 27/03/2011

Vous pouvez partager
Angers Info est un média 100% indépendant. Aidez-nous dans notre développement. En soutenant Angers Info ici , chaque donateur bénéficie d'une réduction d'impôt de 66 % du montant de ses dons, dans la limite de 20 % du revenu imposable. Il reçoit un reçu fiscal en fin d’année.

Retrouvez toute l'actu d'Angers et sa région nos contenus et toutes nos photos et reportages sur notre page Facebook et sur notre compte Twitter

La nouvelle application mobile Angers Info est en ligne sur Google Play Store et dorénavant sur toutes les plateformes windows.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

91 − = 87

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

titre