Politique

Elections européennes. Adrien Quatennens, Manuel Bompard et Leïla Chaibide de la France Insoumise, en campagne hier à Angers

Publié

le

Réunion publique de la France Insoumise, hier à Angers

La France Insoumise organisait hier à Angers, une de ses premières mais nombreuses réunions publiques en vue des élections européennes. Une organisation qui s’est faite notamment autour des militants insoumis d’Angers.

Hier, dans la Salle Daviers, Adrien Quatennens, député la France Insoumise, accompagné des candidats Manuel Bompard et Leïla Chaibi, respectivement numéros 2 et 3 sur la liste de Manon Aubry pour les élections européennes. Une réunion qui a attiré un peu plus de 200 personnes venues d’Angers mais aussi de ses alentours. Dans le Maine-et-Loire, on distingue quelques groupes entraînant avec eux, une quinzaine de militants, bénévoles pour l’organisation du mouvement sur le plan local et national. À Angers, on y retrouve trois groupes ( Roseraie, Centre-Ville, Gare), mais également des groupes venant de tout le département (Mauges Insoumises, Montreuil-Juigné). Chacun d’entre eux est co-dirigé par un binôme mixte.

Les sujets abordés

En ligne de mire des sujets que la France Insoumise à souhaité aborder, celui des mouvements sociaux et plus particulièrement celui des « gilets jaunes ». Pour Adrien Quatennens, « L’actualité est marquée aujourd’hui par la vie politique nationale. », les mouvements de contestation sont nombreux et Emmanuel Macron est la cible principale des critiques insoumises : « Le président n’a pas pris la mesure de la fissure qu’il y a entre le peuple et le pouvoir. ». Un autre mouvement qui est aussi soutenu par la France Insoumise : la « marche du siècle » pour le climat. « On peut vivre avec 3% de déficit mais pas 3°C de réchauffement climatique », dit Manuel Bompard à ses militants dont il cherche les applaudissements. Sur un ton plus grave, Adrien Quatennens tire la sonnette d’alarme sur l’urgence de l’action climatique. « On a besoin de 2100 milliards d’euros sur 12 ans à l’échelle mondiale. ». Il y sera ensuite évoqué l’Europe avec un « cadre économique contraignant » pour lequel « aucun pays n’a intérêt à maintenir ce système. ». Pour autant, la sortie en elle même de l’Europe n’est pas abordée comme elle avait été laissée entendue par de nombreux militants. « On ne peut pas laisser l’Europe aller dans le mur comme elle va aujourd’hui. ».

Martin Baranger

La rédaction apporte chaque jour son lot quotidien d'information angevine, pour vous fournir l'essentiel de l'actualité de la journée.Vous avez une information urgente, pratique, n’hésitez-pas envoyez la nous sur redaction@my-angers.info

Continuer à lire
Cliquer pour commmenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

46 − 36 =