Citoyenneté

Réouverture des marchés à Angers : satisfaction partagée pour les clients et les vendeurs

Publié

le

Ce mercredi 27 mai, les clients et les commerçants semblaient apprécier la réouverture du marché place Lafayette.

La semaine dernière, les grands marchés angevins ont enfin pu réouvrir, après près de deux mois d’arrêt. Un soulagement pour les commerçants locaux, même si pour certains, le confinement n’a pas été nécessairement synonyme de déficit. Avec le soutien de leurs clients, plusieurs ont réussi à s’adapter et à trouver des alternatives pour tenir. Petit tour d’horizon sur le marché de Lafayette à Angers, où vendeurs et acheteurs semblent apprécier ce retour « à la normale ».

Ils attendaient cette date depuis longtemps. Après avoir autorisé la réouverture des marchés de proximité dès le 11 mai, la ville d’Angers a enfin permis la semaine dernière aux marchés plus importants de recommencer à fonctionner (place Lafayette, Monplaisir et place Leclerc). Ils étaient donc nombreux ce mercredi 27 mai à circuler entre les stands du marché de Lafayette, retrouvant leurs vendeurs ou clients habituels.

Une crise avec un impact différent selon les commerçants

Pourtant, certains n’ont pratiquement pas connu de pause. Pour ce volailler vendant à Angers seulement le mercredi, la rapide mise en place des mesures nécessaires sur les marchés de Saumur et des Deux- Sèvres lui ont permis de continuer de travailler. « Ces marchés ne se sont quasiment jamais arrêtés car les mesures de sécurités ont été mises en place très rapidement, et ça s’est très bien passé », explique-t-il. « On a aussi fait des livraisons sur un parking privé que l’on nous a prêté […] On a contacté nos clients et ce sont eux qui venaient vers nous ». Comme beaucoup, il n’a pas hésité à faire recours à des livraisons pour pallier cette crise. Des méthodes similaires à l’entreprise pour laquelle travaille cette saisonnière depuis août. Le groupe basé sur Nantes a effectué de la livraison de panier à domicile durant tout le confinement. Et les résultats en sont même étonnants : « Il y avait beaucoup trop de monde par rapport à la quantité de marchandises. J’ai pu continuer à être rémunérée par mon entreprise donc je pense que ça s’est plutôt bien passé »  raconte-t-elle.

Actuellement, les clients n’ont pas le droit de choisir eux-mêmes sur le stand. Les vendeurs doivent se désinfecter les mains entre chaque client et porter un masque. De la rubalise est également posée devant chaque stand pour éviter les contacts. Malgré toutes ces mesures, elle estime que le monde revient petit à petit. « Il y a eu moins de monde au début car les personnes n’étaient pas forcément au courant que les marchés ré-ouvraient. Actuellement, on commence à retrouver un rythme à peu près normal. » Le tout dans une ambiance respectueuse et chaleureuse. « Certaines personnes vont avoir tendance à toucher par habitude mais les gens sont conciliants et comprennent une fois qu’on leur rappelle »  conclut-elle.

Sentiment que partage André Terrien, vendeur sur le marché de Lafayette depuis 35 ans. Mais pour ce directeur, le confinement n’a pas été aussi positif. Bien qu’il ait pu continuer à vendre sur un des quatre marchés qu’il fait, par l’intermédiaire d’un drive, le commerçant admet avoir baissé sa production d’environ 30%. Une constatation l’obligeant à avoir eu recours au chômage partiel, et renforçant son incompréhension sur la décision du gouvernement de fermer les marchés. « J’étais contre, il aurait fallu garder un marché sur trois par semaine. Les allées ont été élargies, donc on aurait pu garder le marché. Dans les grandes surfaces, il n’y a pas toutes ces règles, tout le monde touche les mêmes produits, et pourtant, elles n’ont pas été fermées. » s’offusque Monsieur Amine, présent depuis 10 ans sur le marché. En tant que revendeur, la période s’est vite avérée compliquée, et son unique salaire est devenu les aides promises par l’Etat.

Des clients fidèles, même durant le confinement 

Puis, il y a le point de vue des clients. Nombreux sont ceux allant sur ce marché de manière régulière avant le confinement. Une première nous explique qu’elle s’y rendait toutes les semaines mais que ses habitudes n’ont pas changées avec sa fermeture. « J’ai acheté chez des commerçants qui étaient invités par des restaurateurs, pour pouvoir aider nos producteurs locaux. ». Pour une autre adepte des marchés, ce sont des sites comme Adoptetonmaraicher, ou bien les livraisons à domicile qui ont été priorisés. Depuis le déconfinement et leur réouverture, elle avoue ne pas avoir changé sa manière de faire, mise à part ses heures de passage. « Je viens plus tôt qu’avant. Je prends plus de temps de faire mes courses à cause des mesures sanitaires alors j’essaie de m’adapter ».

Porter un masque, respecter les distanciations et gagner en patience : pour la majorité des acheteurs, ce seront les seuls changements opérés. Ils comptent bien continuer à venir au même rythme qu’avant, et retrouver petit à petit leurs repères.

Continuer à lire
Cliquer pour commmenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ 15 = 22