Education

Le lycée professionnel Henri Dunant à Angers a recommencé ses cours en présentiel

Publié

le

Ce matin, William Marois (en beige), recteur de l’académie de Nantes, s’est déplacé au lycée Henri Dunant pour sa réouverture.

Ce mardi 2 juin, le lycée professionnel Henri Dunant à Angers a repris les cours en présentiel. Avec des mesures sanitaires strictes, il répond à la demande du gouvernement sur la réouverture de ces lycées pour éviter un décrochage scolaire trop important.

Après plus de deux mois de cours à distance, le lycée Henri Dunant a décidé de rouvrir ses locaux progressivement afin de permettre aux élèves de reprendre la pratique mais aussi de ne pas décrocher.

Des mesures sanitaires importantes

Les bancs et les tables de ping-pong ont été recouverts de rubalise, des sens de circulation et des marquages aux sols sont exposés et du gel hydroalcoolique est disponible aux différentes entrées des locaux : le lycée Henri Dunant est très attentif aux respects des règles sanitaires. Actuellement, les élèves auront des cours en présentiel seulement 3 demi-journées par semaine et verront leur self fermé jusque fin juin. En revanche, les ateliers de travail sont tous disponibles, même si le lycée reconnait une gestion difficile de cette partie, en raison d’une quantité de matériel limitée et des nombreux travaux en équipe.
Un par table, les élèves ont également bénéficié d’un masque lavable offert par le Conseil Régional.

Une reprise progressive

Une reprise qui se veut patiente et prudente, à laquelle le lycée se donne 15 jours pour véritablement prendre ses marques.

Ce mardi, seuls la classe de troisième « préparation aux métiers » et les premières années de CAP étaient de retour, rendant le lycée de 375 élèves bien vide. Tous les élèves de secondes, quant à eux, avaient des entretiens d’1/2 heure pour faire un bilan personnalisé de leur année.

Axelle Souffaché, proviseure de l’établissement partage n’avoir jamais perdu contact avec les élèves durant le confinement malgré le décrochage de certains. Pourtant, seulement trois élèves sur 12 étaient présents dans la classe de CAP chaudronnerie ce matin, à cause de l’inquiétude des familles ou de la peur des transports en communs. Un constat entrainant la déception de William Marois, recteur de l’académie de Nantes venu visiter les lieux dans le cadre de la reprise des cours. Les troisièmes figuraient tous présents.

Demain, ce sera au tour des terminales CAP chaudronnerie de reprendre le chemin des cours, et enfin les élèves de la MAST (Mesure d’Accompagnement Scolaire Transitoire) iront de nouveau au lycée jeudi.
Les filières tertiaires (gestion-administration, métiers de l’accueil et de la sécurité) et industrielles n’ont pas encore de dates fixes sur la reprise de leurs cours explique Valérie Taillée, directrice déléguée aux Formations Professionnelles et Technologiques (DDFPT).

Pour cette responsable servant de trait-d’union entre la proviseure, le corps enseignants et le monde professionnel (tous les élèves du lycée ont 22 semaines de stages à faire durant leur scolarité), la reprise des cours, en plus de permettre l’accès à du matériel spécifique, est un moyen de recréer du lien social pour des jeunes en difficulté. Elle souligne ainsi l’importance qu’il puisse revenir afin de se sentir accompagné.

Continuer à lire
Cliquer pour commmenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ 20 = 23