Cholet

Delphine Perrin jusqu’au 30 juin à Cholet

Publié

le

Delphine PERRIN, photographe plasticienne, développe une démarche artistique liée à un questionnement sur le corps et l’image, confrontés à un environnement et en interaction avec lui.

Son travail s’articule autour de la mise en situation d’une figure dans l’espace, dont l’image photographique reste la seule trace, perception unique et singulière, déplacement du regard laissant le champ libre à l’imagination.

Cette exposition, réalisée avec le soutien de la Ville de Cholet, prend la forme d’un parcours photographique au coeur de la ville, composé d’une série de photographies de très grand format présentées dans l’espace public.

La particularité de ce projet de création, mis en oeuvre avec la Ville de Cholet, est son adéquation à l’espace public de la ville et son interaction avec lui.

Les photographies ont été réalisées à Cholet dès septembre 2010 : le point de départ des oeuvres est la mise en situation des espaces de la ville avec les danseurs et performers Aline Landreau et Cyrille Musy.

L’exposition prend la forme d’un parcours au coeur du centre ville de Cholet, composé d’une série de photographies de très grand format, à échelle 1/1, mises en situation dans l’espace urbain.

Par le biais de ces images grandeur nature, l’installation redonne ainsi corps aux figures photographiées, interrogeant plus largement la place de l’art dans la cité.

Un parti pris en interaction avec l’environnement urbain, qui réintroduit le dialogue avec les spectateurs et les habitants de la ville, amenant à s’interroger sur l’avant et l’après de ces images, sur leur réalité.

Comme une mise en abîme, cette installation dans l’espace public réactive les enjeux du processus de création : le rapport du corps à un environnement et un contexte, le déplacement du regard, et la création d’un nouvel espace entre-deux, lieu d’échange entre l’image et celui qui regarde.

Ce point de vue singulier ouvre un espace poétique, symbolique, par essence éphémère, qui crée la distanciation nécessaire pour accéder au hors champ perceptif. Liée à l’imaginaire, la photographie réalisée invite le spectateur à se projeter dans l’image, impliquant sa présence à l’oeuvre.

Pour l’artiste, c’est cette perception unique, parfaitement subjective, qui confère à l’oeuvre toute sa force, son essence, celle de tous les possibles, et fait exister à nouveau la sensation captée.

Intimement lié à la notion de performance, le processus de travail sera réactivé durant la biennale Effervescence, à travers deux propositions des artistes performers photographiés, qui interviendront en lien direct avec les images, tel un dédoublement corps photographié / corps performé.

Parcours photographique dans le centre ville de Cholet : une série d’oeuvres à découvrir en situation dans l’espace public du 1er au 30 Juin

 

La rédaction apporte chaque jour son lot quotidien d'information angevine, pour vous fournir l'essentiel de l'actualité de la journée.Vous avez une information urgente, pratique, n’hésitez-pas envoyez la nous sur redaction@my-angers.info

Continuer à lire
Cliquer pour commmenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

60 − = 56