Citoyenneté

A Angers, la Barre de l’Europe entre dans la phase finale de sa déconstruction

Publié

le

Pour l’occasion, le maire d’Angers Christophe Béchu s’est déplacé à Monplaisir (à gauche). Il était accompagné de ses adjoints au quartier de Monplaisir et à la rénovation urbaine, Alima Tahiri et Francis Guiteau et du directeur général de Podeliha, Gonzague Noyelle (de droite à gauche).

6 mois après le lancement de sa déconstruction en décembre 2019, et interrompue en raison du confinement, la Barre de l’Europe située dans le quartier de Monplaisir à Angers a enfin entamé la dernière phase de sa déconstruction. Ce mardi 9 juin, Christophe Béchu, maire d’Angers, ainsi que Francis Guiteau, adjoint à la rénovation urbaine et Alima Tahiri, adjointe du quartier Monplaisir sont donc venus assister au démarrage de la démolition de l’immeuble. Un événement rejoignant l’une des trois priorités du mandat : rénover les quartiers de Monplaisir et Belle-Beille.

Un bâtiment symbolique à Monplaisir

Il y a plus de 50 ans, la Barre de l’Europe est construite à Monplaisir pour répondre aux besoins de logements à la suite de la guerre. 100 logements sont alors construits dans le bâtiment emblématique du quartier angevin.

Lorsque Christophe Béchu est élu pour la première fois en avril 2014, il fixe l’une de ses priorités sur un renouvellement urbain de certains quartiers d’Angers, dont Monplaisir. Très vite, la Barre de l’Europe apparait comme une évidence pour la ville, et en décembre 2019, sa déconstruction est entamée.

Une déconstruction en 4 parties

Ce mardi 8 juin, la phase finale des travaux, orchestrés par la société Podeliha, a été lancée après des mois de travail et de réflexion sur les méthodes à adopter. Pour ce faire, l’entreprise a dû passer par 4 étapes, obligatoires lors d’une déconstruction. Ainsi, après une phase de préparation du site, un désamiantage est nécessaire pour des questions de sécurité. Pendant 2 mois, le bâtiment a vu ses cinq cages d’escaliers traitées l’une après l’autre. « Vient ensuite le curage, qui consiste à déconstruire l’intérieur du bâtiment (fenêtres, bois…) et qui permet de préparer la dernière phase : la démolition de la superstructure et de l’infrastructure » explique Gonzague Noyelle, directeur de Podeliha.

La déconstruction complète de la Barre devrait durer jusque fin aout. « Nous aurions pu exploser le bâtiment, mais cela demandait un travail préparatoire très important. Il aurait également fallu imaginer les conséquences de cette action. En plus de faire beaucoup de bruit, une explosion coûte très cher car elle demande de faire appel à des artificiers spécialisés » se justifie Gonzague Noyelle. Un coût qui serait venu se rajouter à un coût global déjà très élevé. Depuis le début, le projet a couté 2 147 000 €.

Reloger 62 familles

En plus de cette somme, il faut y rajouter toutes les questions d’ordre sociales, comme celle du relogement. Durant 2 ans, une collaboratrice missionnée par Podeliha s’est occupée cas par cas des 62 familles devant déménager. En prenant en compte au mieux leurs besoins (quartier, proximité de l’emploi/école), le défi a été réussi puisque toutes ont pu trouver un nouveau lieu de vie.

La volonté de recycler

C’est lors des deux dernières étapes que la société a démarré son processus de valorisation des déchets du chantier. Tout au long du curage et de la destruction, les différents matériaux récupérés ont été soit recyclés, soit réutilisés ou réemployés. Par exemple, les 30 tonnes de PVC ont été reprises par l’industriel Veka. La ferraille, quant à elle, partira en fonderie. Pour les 8 730 tonnes de béton, elles vont être concassées puis transformées dans l’optique de servir de nouveau pour des constructions.

Un renouvellement urbain qui n’est qu’à son début

 

La Barre de l’Europe en pleine destruction.

Aujourd’hui, ils étaient donc nombreux à assister au lancement de la destruction d’un lieu emblématique dans le quartier. Un travail impressionnant, nécessitant l’utilisation d’une pelle de 100 tonnes munie d’un grand bras et d’un broyeur à béton pour détruire les 10 étages du bâtiment. Durant sa venue, Christophe Béchu a eu l’honneur d’ordonner le démarrage de l’opération et a même pu tester l’appareil.

Cet événement sera loin d’être le seul : le programme de renouvellement urbain des quartiers de Monplaisir et Belle-Beille démarré durant l’été 2018 devrait se poursuivre jusqu’en 2026. Le tout pour un montant d’environ 500 millions d’euros.

Continuer à lire
Cliquer pour commmenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 + 3 =