Politique

Mystère autour d’une caisse commune entre les politiques à la mairie d’Avrillé dans le Maine-et-Loire.

Publié

le

Deux semaines avant le second tour des municipales, Ouest-France a révélé une affaire fiscale sur la mairie d’Avrillé.

Alors que les trois candidats au second tour des municipales débattront cet après-midi sur RCF, Avrillé connait des élections agitées depuis le 16 mars. Après le retrait surprise de Marc Laffineur, maire de la ville depuis 1983 et les nombreuses polémiques et affaires entre les prétendants, c’est au tour d’une cagnotte entretenue par les politiques depuis 1983 de retenir l’attention.

On pourrait penser qu’Avrillé est une ville bien calme, dans laquelle les élections municipales se déroulent sans trop de tensions. Pourtant, celles de 2020 ne cessent de nous prouver le contraire. En effet, après sa troisième place au premier tour en mars (qui l’emmenait tout de même au second tour), Marc Laffineur, maire d’Avrillé depuis 1983 a annoncé le retrait de sa candidature. Il a donc dû être remplacé au pied levé par Laurent Prétrot, son septième adjoint sur la liste. Quelques temps après, des histoires de toutes sortes concernant les élections sont apparues au sein de la petite ville de 13 500 habitants.

Une cagnotte au fonctionnement intriguant

Aujourd’hui, « un nouveau dossier retient l’attention » explique Ouest-France dans un article publié ce matin. « Il concerne les versements effectués chaque mois par les élus de l’actuelle majorité municipale dans une caisse commune. » Depuis 1983 et l’arrivée de Marc Laffineur à la tête de la ville, les adjoints et les conseillers municipaux délégués de la majorité municipale doivent reverser chaque mois une part de leur salaire dans une caisse commune. Jusqu’alors, rien de réellement anormal, tant la pratique est courante dans de nombreuses villes. Toutefois, un problème demeure : « A Avrillé, les versements (70 € par adjoint, 30 € par conseiller délégué) ne sont pas faits à une association, mais sur un compte aux noms des deux adjoints, Laurent Prétrot et Eric Bretault » développe le quotidien régional.

Une pratique surprenante instituée par Marc Laffineur figurant comme un point d’interrogation pour cet ancien adjoint : « Circulez, il n’y a rien à voir ! Si on ne veut pas parler de caisse noire, on peut au moins dire que c’est une caisse très opaque » relate-il au journal. « On faisait les versements et quand on posait des questions, il ne fallait pas attendre de réponses » confie une ancienne élue.

Pour Marc Laffineur, ce fonctionnement a été mis en place pour des raisons morales. Si les dons étaient reversés à une association comme un parti politique, les deux tiers seraient payés par l’argent public.

50 000 € en six ans

Selon Ouest-France, la cagnotte aurait engendré plus de 50 000 € en un mandat de six ans. Depuis 1983, cette somme s’élèverait au montant considérable de 300 000 €. Un moyen de compenser les nombreux déplacements, les repas mais aussi « le versement de 500 €, au mois de décembre, à chaque élu de la majorité qui n’a pas de délégation » se justifie le maire d’Avrillé.

Marc Laffineur prétend défendre une organisation très morale aux journalistes de Ouest-France. Il ne toucherait pas un seul centime pour son bien personnel et ne soustrairait à rien. Encore là, un questionnement se pose : logiquement, les sommes versées chaque mois sur les comptes personnels de Laurent Prétrot et Eric Bretault devraient être imposées à hauteur de 60%, soit 180 000 € depuis le début de l’opération. A noter que les deux hommes n’ont pas toujours été les bénéficiaires de l’indemnisation, mais que les noms ont changé mandat après mandat.

Bien que Laurent Prétrot affirme au journal que « tout était transparent » grâce à des réunions annuelles de présentation des comptes, la situation plutôt souple du système d’Avrillé pourrait interpeller les services fiscaux.

Actuellement, un questionnement se pose sur le devenir de toute cet argent si Laurent Prétrot venait à perdre les élections du 28 juin.

Une cagnotte qui touche deux candidats sur trois au second tour des municipales à Avrillé : Laurent Prétrot et Caroline Houssin-Salvetat (ancienne adjointe aux finances de Marc Laffineur à la mairie d’Avrillé) 

Florian Santinho en réflexion quant à sa venue à un débat cet après-midi

Cet après-midi, Caroline Houssin-Salvetat (Avrillé Avenir, ancienne maire adjointe aux finances de Marc Laffineur à Avrillé ), Florian Santinho (Ensemble Avrillé et ancien maire adjoint à l’Insertion et à la Jeunesse de la Ville d’Angers) et Laurent Prétrot (remplaçant de Marc Laffineur et conseiller régional, Avrillé Passion), les trois candidats en lice pour le second tour, devait débattre sur RCF, deux jours après celui sur France 3 Pays de la Loire.

Quelques heures après les révélations du quotidien régional, « plusieurs co-listiers de Florent Santinho l’ont invité à ne pas participer au débat prévu cet après- midi afin de dénoncer ce qui s’apparente à un ‘système Avrillais’ » a communiqué Aude Bouteillier, porte-parole du candidat. Pour l’instant, rien n’est officiel mais « les candidats têtes de liste, Florian Santinho et Annie Rat, vont donc prendre le temps de consulter l’ensemble de leur équipe pour juger de l’opportunité de débattre avec celles et ceux aujourd’hui mis en cause par ces révélations » conclut-il.