Education

A Trélazé, des enseignants mobilisés ce mardi pour soutenir les contrats précaires de l’Education Nationale

Publié

le

Ce mardi 23 juin, ils étaient une trentaine, professeurs et élèves, à manifester devant le lycée professionnel Ludovic Ménard à Trélazé.

Ce mardi 23 juin à 9h30, une partie du corps enseignant du lycée professionnel Ludovic Ménard à Trélazé s’est mobilisée pour dénoncer le renvoi d’un des ses contractuel, pour des raisons floues.

Depuis le début de l’année 2020, l’ensemble des personnels du lycée professionnel Ludovic Ménard se mobilise pour améliorer les conditions de travail de leurs élèves. Avec la longue période de confinement dû au coronavirus, cette volonté n’a cessé de se renforcer pour offrir aux élèves le maximum de chances de réussite. Ainsi, « nous cherchons à obtenir un nombre d’heures de cours plus important afin de dédoubler les groupes de 30 et 35 élèves mais aussi pour avoir les moyens nécessaires à l’organisation de projets et des activités culturelles si essentielles pour les élèves de lycée professionnel » témoignent les représentants élus du personnel de l’établissement.

Pourtant, malgré ces efforts, l’équipe éducative du lycée a appris avec surprise le non-renouvellement pour l’année prochaine d’un contractuel au service de la vie scolaire, essentiel dans l’accompagnement des élèves. Alors que tous reconnaissaient la qualité de son travail et de ses compétences, les raisons de cette fin de contrat demeurent troubles. En effet, le problème viendrait des engagements professionnels et citoyens du contractuel, ce qui est assez étonnant : « Il a participé aux mouvements sociaux contre la réforme des retraites, pour l’amélioration des conditions de travail des élèves et des conditions de vie au sein de l’établissement. On lui reproche également son insubordination alors qu’il n’existe aucun rapport, aucune sanction préalable ni aucun avertissement comme l’oblige le cadre juridique » explique le communiqué. Les arguments paraîtraient donc insuffisants pour justifier un tel choix.

Face à cette nouvelle, le corps enseignant du lycée professionnel Ludovic Ménard s’est rassemblé ce mardi 22 juin à 9h30 pour protester et exprimer leur colère devant cette décision. Dans le même temps, ils souhaitaient dénoncer « la précarité de tous les personnels contractuels et stagiaires de l’Education nationale », souvent menacés de ne retrouver aucune affectation malgré la qualité de leur travail.

Continuer à lire
Cliquer pour commmenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

− 6 = 4