Culture

Une reprise particulière pour le cinéma Pathé d’Angers

Publié

le

Jean Hullin, directeur du cinéma Pathé Angers, s’attendait à une réouverture plus tardive.

Après plus de trois mois de fermeture, le cinéma Pathé Angers a dû se préparer et s’adapter à accueillir de nouveaux des spectateurs dans ses salles à partir de ce lundi 22 juin. Que ce soit pour les clients ou Jean Hullin, directeur du Pathé multiplex angevin, cette réouverture partielle figure comme une bonne nouvelle.

Lorsqu’Emmanuel Macron a annoncé la réouverture des cinémas pour le 22 juin, le personnel du Pathé Multiplex d’Angers a dû vite se remettre en ordre de bataille et préparer ses salles et locaux afin de répondre au mieux aux contraintes sanitaires : « Ce fut une course contre la montre, car on envisageait une réouverture en juillet et finalement, on a ouvert trois semaines avant la date qui circulait. Il a fallu que l’on s’adapte plus rapidement que prévu mais c’est une très bonne nouvelle » explique Jean Hullin, directeur d’exploitation du cinéma.

Reprendre de manière progressive

Ainsi, le port du masque est obligatoire dans les espaces communs et du gel hydroalcoolique est mis à disposition dans tout le bâtiment. En ce qui concerne le nombre de spectateurs par salle, des légères modifications de dernière minute sont venues rassurer légèrement le responsable : « Au début, on a eu l’autorisation de remplir à 50% les capacités de nos salles. Ce matin, cette contrainte a été supprimée même si la distanciation existe toujours. On doit respecter un fauteuil vide mais des familles ou des groupes peuvent venir et rester ensemble » précise-t-il. En raison des impératifs sanitaires, le nombre de séances par salle par jour a également diminué. Avant le confinement, une salle pouvait enchainer cinq séances en une journée : dorénavant, seules trois séances par salle ont lieu chaque jour de la semaine, et quatre le week-end.

Une programmation particulière

« Notre problématique aujourd’hui, c’est que nous n’avons pas de films américains car les salles sont encore fermées là-bas. Les distributeurs ne veulent donc pas prendre de risques et préfèrent retarder encore un peu la sortie de leurs films » développe Jean Hullin. Pour pallier ce manque, le cinéma propose des rediffusions, en plus de projeter quelques nouveautés et des films sortis juste avant le confinement « On reprend des films qui se sont arrêtés brutalement à cause du confinement. Pour compléter l’offre, on a mis en place des reprises : on ressort par exemple les trois derniers films de Nolan et Harry Potter 1. On compte continuer cette méthode durant l’été » partage le directeur.

Actuellement, Jean Hullin espère un retour à la normale pour les vacances de la Toussaint, où la programmation et le nombre de clients pourraient commencer à redevenir comme avant. Bien que cette date puisse paraître lointaine, la réouverture du cinéma, même partielle, était activement attendue.

Une réouverture attendue par les clients et le personnel

En effet, après trois mois de confinement, le chiffre d’affaire engendré par l’enseigne a été, comme beaucoup de commerces, fortement impacté. « C’était très long pour tout le monde » insiste le directeur, « pour nous, pour nos équipes mais aussi pour nos abonnés, nos clients ».

Pour les clients, l’état d’esprit de ce lundi 22 juin semble similaire : « On retrouve progressivement nos libertés […] le cadre et le confort visuel du cinéma m’avaient manqué » se réjouit un monsieur venu voir en 4DX « Harry Potter à l’école des sorciers ». « Le cinéma, c’est toujours des bons moments. J’y allais trois à quatre fois par mois avant le confinement, donc forcément, je suis content de pouvoir y retourner » avoue un jeune « je pense reprendre le même rythme mais en restant prudent. »

Hier, environ 600 personnes sont retournées au Pathé. Un chiffre satisfaisant pour Jean Hullin, même s’il ne représente que 60% du flux quotidien habituel : « On s’attendait à une réouverture très très calme […] Il ne faut pas oublier que l’on est lundi, il fait beau et que l’école est redevenue obligatoire le même jour que nous. Il faut voir dans la durée si ces chiffres se confirment » conclut-il.