Angers

Collège public de Beaupréau : « A qui la responsabilité ? » interroge Christian Gillet.

Publié

le

Archives AM

Archives AM

La construction d’un collège public de Beaupréau continue d’attiser les agitations et récupérations pré-électorales au sein des groupes socialistes départementaux et régionaux. Par voie de presse, Jacques Auxiette, président du Conseil régional des Pays de la Loire, véhicule une fois encore des idées fausses bien loin des réalités chiffrées et financières dans un contexte économique tendu. Christian Gillet, président du Département de Maine-et-Loire, tient à lui rappeler la réalité, chiffres à l’appui. Et de lui poser simplement cette question : « A qui la responsabilité ? »

Car, même si le Département constate une certaine poussée d’effectifs – la capacité d’accueil dans les collèges publics des Mauges est tout à fait satisfaisante avec 850 places, soit à ce jour 100 places disponibles -, la création d’un collège public à Beaupréau aurait pour effet immédiat de déstabiliser les effectifs des autres collèges publics du secteur (notamment Montrevault) qui verraient rapidement ses effectifs passer sous la barre des 250 élèves, pour se stabiliser à terme autour d’un effectif de 200 collègiens. Par ailleurs, le département de Maine-et-Loire fait face actuellement à des besoins plus prioritaires dans des collèges dont les capacités d’accueil sont, elles, insuffisantes (notamment en troisième couronne d’Angers).

« Face au contexte financier qui a fortement évolué depuis 2007, je tiens à rappeler que le Conseil départemental doit faire face à l’ « effet ciseaux » d’une très forte croissance des dépenses sociales obligatoires et d’une contraction importante des ressources, notamment en provenance de l’État.Certaines décisions du gouvernement socialiste contraignent plus encore les marges de manœuvre de la collectivité », explique Christian Gillet.

Sur ce dossier, et malgré les agitations médiatiques de Jacques Auxiette sous couvert de ses appels au Recteur d’académie ou encore à la Ministre de l’Education nationale, le Conseil départemental est d’autant plus contraint de maintenir le cap qu’il s’est fixé en 2007 : cohérence territoriale, rigueur économique, étude démographique et scolaire.

Christian Gillet, président du Département de Maine-et-Loire

 

La rédaction apporte chaque jour son lot quotidien d'information angevine, pour vous fournir l'essentiel de l'actualité de la journée.Vous avez une information urgente, pratique, n’hésitez-pas envoyez la nous sur redaction@my-angers.info

Continuer à lire
Cliquer pour commmenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ 12 = 20