Sante

Un nouveau protocole national de déconfinement en entreprise entre en vigueur !

Publié

le

Crédit : En toute sécurité

A partir de ce mercredi 24 juin, le protocole national de déconfinement en entreprise vient d’être mis à jour par la ministre du travail, Murielle Pénicaud. Ce protocole est désormais assoupli pour faciliter le retour à la normalité de l’activité économique tout en respectant les règles sanitaires actuelles fixées par le Haut Conseil de la Santé publique (HCSP).

Ce mercredi 24 juin, la ministre du travail, Murielle Pénicaud, vient de publier le nouveau protocole national de déconfinement en entreprise dans le but de faciliter le retour à la normale pour l’activité économique tout en respectant les règles sanitaires actuelles qui sont fixées par le Haut Conseil de la Santé publique (HCSP). 

Le ministère du travail demande une attention particulière des employeurs sur « la situation des travailleurs détachés, des travailleurs saisonniers ainsi que des intérimaires et titulaires de contrat de courte durée de façon à s’assurer qu’ils ont une connaissance du protocole sanitaire à appliquer dans l’entreprise. »  et également aux personnes à risques pour leur mettre à disposition les outils nécessaires concernant « l’hygiène et adapter leurs postes pour limiter les contacts« . Le télé-travail est fortement conseillé pour les personnes à risques de forme grave. Si cela n’est possible, le travailleur doit consulter son médecin traitant ou son médecin du travail pour obtenir un certificat d’isolement.

Des protections assouplis

Pour cette 3e phase de déconfinement, le télétravail n’est plus une obligation puisque les 4m² de travail ne sont plus obligatoires. Désormais, dans la mesure où il y a plus d’un mètre entre chaque poste, il est possible de revenir travailler en présentiel. Si la distance d’un mètre n’est pas possible, le port du masque est obligatoire et un dispositif de protection (ex : écran transparent) est obligatoire si les distances sont trop proches. L’objectif pour l’entreprise est de limiter les flux de personnes et les concentrations dans un même lieu pour faciliter la distanciation sociale. 

L’employeur doit continuer à assurer, de manière journalière, un nettoyage des points de contact réguliers (poignées de portes…) et des changements de postes. Le lavage des mains avec de l’eau et du savon (préférence) ou par friction de gel hydro-alcoolique reste une obligation. Toutes ces mesures sont valables, y compris dans les vestiaires des employés. Le contact physique, tels que les serrages de mains ou accolade, sont toujours bannis. La prise de température n’est pas conseillée, mais les employés doivent vérifier celle-ci régulièrement

Le port des gants en latex est fortement déconseillé, « ils donnent un faux sentiment de protection deviennent eux-mêmes des vecteurs de transmission. Le risque de porter les mains au visage est le même que sans gant, le risque de contamination est donc égal voire supérieur.« 

Quelles mesures prendre en cas de symptômes ? 

Si une personne présente les symptômes du Covid-19, celle-ci est priée de ne pas se rendre sur son lieu de travail tout en informant son employeur et se faire rapidement dépister pour se mettre en isolement par la suite. C’est également le cas pour une personne ayant été en contact avec une personne positive au virus (moins d’un mètre pendant plus de 15 min sans masque).

L’employeur doit, de son côté, mettre en place un dispositif pour savoir avec qui le salarié a été en contact au sein de l’entreprise et également des mesures de protections, comme le nettoyage des postes, pour limiter la transmission du virus.