Culture

Une nouvelle exposition au musée Jean Lurçat d’Angers

Publié

le

Francis Wilson (deuxième à droite), auteur de l’exposition, a présenté ses oeuvres en avant-première ce jeudi 2 juillet.

Du 3 juillet au 10 janvier 2021, l’artiste américain Francis Wilson verra ses œuvres affichées au musée Jean Lurçat à Angers, dans une exposition intitulée « Du nœud à la couleur ». Sous forme de rétrospective, la présentation se divise en 4 cycles allant de 1978 à 2020.

Ce jeudi 2 juillet, le musée Jean Lurçat inaugurait en avant-première la nouvelle exposition visible dès demain et jusqu’au 10 janvier 2021. Pour l’occasion, l’auteur des œuvres Francis Wilson, d’origine américaine mais vivant en France depuis les années 60, est venu expliquer le sens « Du nœud à la couleur » alliant art textile, peinture et dessin.

Au départ, Francis Wilson avait tout simplement contacté Françoise De Loisy, la conservatrice des lieux, pour donner une de ses œuvres au musée. Très vite, à partir de 2017, l’idée de créer une exposition rétrospective autour de ses différentes œuvres et de son évolution est apparue pour finalement voir le jour ce vendredi.

Une exposition en quatre cycles

Ainsi, « Du nœud à la couleur » se décline en quatre parties, exposant l’évolution du style de l’artiste, de l’art textile à la peinture : « c’est un voyage à l’intérieur de moi-même » reconnait Francis Wilson.

La première partie propose des œuvres datant de 1979 entièrement nouées par de la fibre de coco. « L’idée m’est venue lorsque j’étais en Provence. J’aime beaucoup la résistance de la fibre et le travail physique qu’elle procure ». Les œuvres varient selon leurs tailles, certaines étant à plat et d’autres, plus petites, en trois dimensions. Dans le même esprit, le deuxième cycle expose également des créations en fibre de cocos, mais cette fois-ci avec des couleurs unies : l’une est verte (côté végétal), l’une est bleue (le ciel) et la dernière est rouge (la terre). Dans les deux cas, les œuvres sont accompagnées d’empreintes en peintures, représentant la forme des travaux de l’artiste.

Du textile à la peinture

Toujours basée sur le textile, la troisième partie ouvre sur le début des années 80 chez l’artiste, période que l’on retrouve ensuite dans une quatrième partie de l’exposition divisée en deux mouvements. En effet, elle oublie volontairement plusieurs années de création de l’artiste et arrive directement aux peintures récentes de Francis Wilson. Ainsi, 35 ans s’écoulent dans ce quatrième cycle, dans lequel on voit le passage du textile à la peinture avec un panel de couleurs similaire.

A la fin de l’exposition, le 10 janvier, 25 œuvres seront données par Francis Wilson au musée Jean Lurçat.

Activités et événements au rendez-vous

Tout au long de cet événement, différentes activités seront possibles comme la présence d’une médiatrice le mardi pour expliquer l’exposition, ou bien l’organisation d’un stage pour apprendre à faire des nouages et des empreintes, présenté sous forme d’atelier de trois demi-journées et au prix de 20 €.

En termes d’animations, la ville d’Angers a contacté plusieurs artistes, chanteurs et danseurs, afin de les inviter au musée pour animer l’exposition certains jours. Le 29 juillet et le 5 août par exemple, Céline Villalta et Arnaud Bornancin, deux multi-instrumentistes et chanteurs, feront une performance musicale en lien avec les œuvres de Francis Wilson. En octobre et en décembre, une compagnie de danse angevine et un quatuor à cordes viendront également se représenter au cœur de l’exposition.

L’ensemble de la programmation peut être consultée sur le site internet ou sur les réseaux sociaux.

Pour rappel, la ville d’Angers mettra en place dès mardi prochain la dernière heure des musées gratuites, l’occasion d’étudier l’exposition sous différents angles, sans dépenser trop d’argent !

Continuer à lire
Cliquer pour commmenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

44 − = 34