Economie

Depuis mi-avril, l’ADECC fournit du matériel de protection contre le Covid-19 aux entreprises du Maine-et-Loire

Publié

le

Yanis Borjon Piron et Philippe Lohezic, responsables de l’ADECC, ont dressé un bilan de leurs actions de solidarité depuis la crise du Covid-19.

Durant le confinement, l’ADECC, sous proposition de la CCI, a constitué une équipe de volontaires pour fabriquer du matériel de protection sanitaire contre le Covid-19. Ce vendredi 10 juillet, Yanis Borjon Piron, président du groupe, et Philippe Lohezic, directeur, se sont réunis pour dresser un bilan de ces actions de solidarités.

Fondée par cinq chefs d’entreprises en mai 2017 pour sensibiliser leurs pairs à développer des actions environnementales et collaboratives, l’association pour le développement de l’économie circulaire (ADECC) compte aujourd’hui 95 adhérents et organise régulièrement des interactions entre les entreprises du territoire afin de les aider à faire des économies.

Un projet sous le signe de la solidarité

Lorsque la crise du coronavirus est arrivée, l’association s’est vite mobilisée pour « permettre aux entreprises du département de redémarrer beaucoup plus rapidement et facilement » raconte Yanis Borjon Piron, président de l’ADECC. « On a donc mis en place à la mi-avril une action d’accès aux équipements de protections sanitaires avec des acteurs locaux. »

Ainsi, pour réaliser son projet, l’ADECC a pu compter sur le travail de plusieurs bénévoles de tout bord, que ce soient des entreprises, des associations ou encore des particuliers. « Ils nous aidaient dans tous les domaines, autant dans l’administratif que la logistique. On a également eu le soutien de la CCI, apportant son expertise, et on a pu utiliser les connaissances de notre association sur les entreprises et sur le rôle de la mutualisation » explique le président.

L’importance du local

En ce qui concerne la mise en place de l’idée, un numéro et un mail ont été créés pour noter les commandes, mais de nombreuses entreprises se sont aussi associées à l’ADECC pour l’aider dans différents domaines, comme la communication, la redistribution, l’approvisionnement du matériel, etc… « L’idée était vraiment que les fournisseurs soient locaux et redistribuent à des entreprises du département. On était dans une démarche solidaire et collaborative, à laquelle de nombreux groupes divers ont accroché » continue Yanis Borjon Piron.

Par cette action, l’association espère un changement de mentalité de certains chefs d’entreprises, notamment sur la volonté de produire local. « La période a été propice pour prendre le temps de réfléchir à un changement de stratégie ou d’organisation du travail » rajoute Philippe Lohezic, directeur de l’ADECC. « Peut-être que certains voudront acheter plus local pour ne pas subir leur dépendance à l’extérieur en cas de problème. »

Près de 600 commandes au total

Destiné seulement aux entreprises et aux associations, le concept a également collaboré avec certains offices de tourisme, opérant des commandes de groupes à l’ADECC avant de les redistribuer aux demandeurs. « On fournissait 70% de notre production à des petites entreprises ou des commerces qui n’avaient pas forcément le réseau pour chercher le matériel » conclut Philippe Lohezic.  

Au total, près de 350 entreprises ont participé à l’opération en commandant 110 000 masques, 6 000 litres de gel hydroalcoolique ou encore 2 600 visières. En plus de proposer des livraisons, l’ADECC avait également mis en place trois points de retraits à Angers, Saumur et Cholet. Des chiffres qui montrent l’utilité du projet, se trouvant comme un réel soutien pour beaucoup de commerçants du Maine-et-Loire.

Bien que la demande ne soit pas aussi importante aujourd’hui, le dispositif continue de fonctionner. Jusqu’à fin juillet, il effectue même une opération de liquidation totale afin de vider ses stocks. Une fois que tout sera vendu, elle ne compte pas relancer l’opération.