Citoyenneté

Fake news. Il n’y a ni bébé crocodile aux sablières, ni un boa géant au Lac de Maine à Angers.

Publié

le

Fake news. Il n’y a ni bébé crocodile aux sablières, ni un boa géant au Lac de Maine à Angers.

Un bébé crocodile pêché aux sablières à Ecouflant, un boa géant photographié au Lac de Maine à Angers. Certains internautes n’ont pas hésité à partager sur le web et les réseaux sociaux de fausses informations recherchant sans doute la gloire et l’audience mais nourrissant surtout le sentiment de panique chez certains

“Un jeune crocodile du Nil,à été attrapé aux abords de l’étang des sablières à Écouflant,par un pêcheur,ayant mordu à son appât ce qui peut présager qu’il peut y avoir soit un nid quelque part avec plusieurs de ses congénères et avec voir la mère rodant dans les environs,nous demandons une extrême prudence aux promeneurs,surtout ceux accompagnés d’un chien,la baignade sera interdite par arrêté préfectoral,jusqu’à ce que la lumière soit faite ( source courrier de l’ouest du 24/07/2019)” explique un des posts envoyé sur le réseau social Facebook accompagné d’une photo. FAUX. Aucune information est parue chez nos confrères, et la photo est parue des dizaines de fois sur divers sites internet

Un boa Géant au Lac de Maine – une fake news

Autre image diffusée sur le réseau Facebook, celle d’un boa géant qui serait aperçu le 25 juillet au Lac de Maine à Angers. FAUX.

Pour vérifier ce genre d’information, il suffit de télécharger la photo et d’utiliser le logiciel reverso de Google Image. Celle-ci permet de vérifier si d’autres images semblables existent déjà sur les pages de Google. Et dans les deux cas précités, il s existent des dizaines de photos semblables.

La loi n’est pas tendre avec les colporteurs de fausses informations

La propagation de fausses informations est punie par le code pénal, Article 322-14
“Le fait de communiquer ou de divulguer une fausse information dans le but de faire croire qu’une destruction, une dégradation ou une détérioration dangereuse pour les personnes va être ou a été commise est puni de deux ans d’emprisonnement et de 30000 euros d’amende. Est puni des mêmes peines le fait de communiquer ou de divulguer une fausse information faisant croire à un sinistre et de nature à provoquer l’intervention inutile des secours.”

La rédaction apporte chaque jour son lot quotidien d'information angevine, pour vous fournir l'essentiel de l'actualité de la journée.Vous avez une information urgente, pratique, n’hésitez-pas envoyez la nous sur redaction@my-angers.info

Continuer à lire
Cliquer pour commmenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

− 3 = 3