Le Chabada

Angers : Le Chabada doit réinventer sa programmation

Publié

le

Image d’archive © Crédit photo Arnaud GAUDIN

Le Chabada fait sa rentrée, mais doit réinventer sa programmation et limiter sa jauge pour continuer à accueillir des concerts.

La programmation du Chabada est plutôt restreinte en cette rentrée puisque l’équipe à souhaité ne présenter que le mois de septembre. Un mois très particulier avec 4 dates en extérieur et une jauge maximale de 150 personnes avec port du masque obligatoire. Pour le Chabada, « l’objectif est de relancer la machine » après une fermeture de 6 mois. Les 4 spectacles qui auront lieu ce mois de septembre seront donc en extérieur, avec une solution de repli pour réaliser le concert dans la grande salle du Chabada, obligatoirement assises et masquées, en cas d’intempérie. Le 18 septembre se produira donc The Loire Valley Calipsos pour un DJ set, ainsi que Passion Coco et Tiki Paradise, dans la petite cour, devant la salle de spectacle (unique date sans repli possible). Le 23 septembre, les French Cowboy & The One se produiront dans la petite cour également, tout comme Stav, le 24 septembre et San Salvador, le 25 septembre, en collaboration avec le Joker’s Pub.

S’adapter face à la situation sanitaire

Pour le Chabada, la réouverture de la salle de concert est un enjeu majeur mais la situation sanitaire reste une épée de Damocles pour la culture. « On a déjà prévu notre jauge avec 150 personnes maximum peu importe les concerts. Cette jauge, c’est la jauge si le département passe en zone rouge, même si on peut accueillir jusqu’à 240 personnes, sans distanciation, on ne prend aucun risque et ça évite d’annuler un concert parce qu’on a trop de public » explique le Chabada qui ne veut plus écrire « concert annulé » sur ses réseaux sociaux. Pour assister au concert, il est important de réserver en ligne puisque la salle veut éviter « au maximum » de vendre des places au guichet. La réservation pourra permettre d’avoir les coordonnées en cas d’annulation d’un événement, mais également d’entrée en contact avec le public si un cas de Covid se manifestait.

Un travail de l’ombre

Pendant les 6 mois de fermeture, le Chabada n’est pas resté inactif. Lors de collaborations estivales, le Chabada a été actif avec le Quai l’été et la ville d’Angers pour les Bouffées d’Arts. Avec d’autres structures dans la région, le Chabada a monté un fond de soutien dans « Mécène pour la musique », où d’autres structures peuvent venir les soutenir, pour subventionner des labels, développeurs et tourneurs de la région Pays de la Loire. Le Chabada vient également en soutien aux « extras », comme les barmans qui viennent travailler lors d’événements au Chabada et l’équipe s’est engagée à « payer les cachets des techniciens, quelque soit la tenue des dates. De même pour les artistes, on s’engage à refaire venir les artistes qui ont vu leurs concerts reportés pendant la fermeture, si le concert est annulé, ils seront rémunérés […] Il faut qu’on soit solidaire » précise le Chabada.