Justice

Violences faites aux femmes : le préfet du Maine-et-Loire réunit le comité local d’aides aux victimes.

Publié

le

© Crédit photo Préfecture du Maine-et-Loire – 39 invités étaient réunis autour de René Bidal, Préfet du Maine-et-Loire, pour discuter autour des violences faites aux femmes.

Cet après-midi, à la Préfecture du Maine-et-Loire, était réuni le comité local d’aide aux victimes dans le cadre du grenelle des violences conjugales. 121 femmes sont décédées en 2018 des suites de violences infligées par leur partenaire. L’objectif de cette réunion, prendre conscience qu’il est temps de réagir face à ces violences.

4 femmes sont décédées dans le Maine-et-Loire des suites de violences commises par leur mari en 2018. Un constat alarmant à prendre avec sérieux. « Au premier semestre de cette année, 1 femme a perdu la vie et c’est déjà trop », confie René Bidal, Préfet du Maine-et-Loire.

Pendant plus de 3 heures cet après-midi, 39 invités étaient réunis autour d’une table pour faire le point et tirer les conclusions de ces violences, de plus en plus fréquentes envers les femmes. Face à cette hécatombe, le Gouvernement français souhaite mobiliser toute la société autour de ces questions pour susciter une réaction collective pour enrayer définitivement ce phénomène. C’est dans le cadre du grenelle des violences faites aux femmes, qui a débuté le 3 septembre 2019, que la réunion de cet après-midi s’est tenue. D’autres temps forts collectifs auront lieu d’ici le 25 novembre avec les ministres, les acteurs de terrain, les services publics, les associations concernées ainsi que les familles de victimes. « Nous devons mettre en concertation les acteurs pour la protection des victimes, femmes comme enfants. Une réponse pénale doit être apportée pour faciliter le débat » déclare Laetitia GUILBAUD, déléguée départementale aux droits des femmes.

Cette mise en commun a permis de faire le point de ce qui existe vraiment, et de tirer les bonnes conclusions sur les améliorations à apporter, notamment sur les questions d’hébergement d’urgence des victimes et l’évaluation de la mise sous protection. « Nous devons également améliorer la circulation de l’information à ce sujet auprès de tous les acteurs » complète le Préfet du Maine-et-Loire, René Bidal. « Nous avons urgence à faire évoluer, même si je n’ai jamais connu de refus en hébergement d’urgence à Angers » se félicite le Préfet. Ce travail de fond sera également assorti d’une campagne de sensibilisation à destination des femmes pour leur dire qu’elles ne sont pas les seules et qu’elles doivent sortir du silence le plus tôt possible.

Nous vous rappelons que si vous êtes témoin ou victime de violences conjugales, n’hésitez pas à signaler les faits sans attendre en composant le 17 ou le 112. Vous pouvez également demander de l’aide avec le numéro 3919. Appel anonyme possible de 9h à 22h du lundi au vendredi, et de 9h à 18h le samedi, dimanche et tous les jours fériés. À Angers, le centre SOS Femmes répond à vos appels au 02.41.87.97.22.

Continuer à lire
Cliquer pour commmenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

8 + 1 =