Citoyenneté

Angers : L’intersyndicale du Maine-et-Loire a appelé au rassemblement pour défendre les droits des salariés

Publié

le

Manifestation de l’intersyndical place du Ralliement. Crédit : Jimmy Joubert / Angers Info

L’intersyndicale du Maine-et-Loire a appelé au rassemblement pour défendre les droits des salariés ce jeudi 17 septembre. Place du Ralliement, à Angers, ils étaient un peu moins d’une centaine à s’être rassemblés.

Ils étaient un peu moins d’une centaine, place du Ralliement, à avoir répondu à l’appel de l’intersyndical du Maine-et-Loire, ce 17 septembre, à Angers. Un rassemblement pour défendre les droits des salariés, l’intersyndical s’exprime, « aux conséquences humaines de la crise sanitaire, s’ajoutent des mesures régressives portées par le Gouvernement. Celles et ceux qui travaillent et produisent les richesses, dont les salariés qui ont été particulièrement exposés et mis à contribution pendant le confinement, sont les premiers à payer les velléités d’employeurs qui annoncent licenciements et délocalisations« . Le sujet principal, c’est la question de la rentrée scolaire qui inquiète les familles « préparée sans réelle prise en compte de la situation sanitaire et sans moyens supplémentaires, la rentrée scolaire et universitaire inquiète les jeunes, les familles et les professionnels, cela dans le cadre d’un protocole sanitaire ministériel illisible et sans cesse remis en cause. Nous exigeons la mise à disposition gratuite de masques en quantité suffisante à l’ensemble des collégiens, lycéens et étudiants. Il en va de même pour l’ensemble de la population. Pour le monde du travail, il revient aux employeurs de prendre en charge les mesures de protections individuelles et collectives, dont la distribution gratuite de masques en quantité suffisante. La réduction du temps d’exposition également nécessaire induit de discuter de l’organisation, des conditions de travail et réduction du temps de travail« .

Les étudiants rassemblés contre la précarité

L’UNEF, syndicat étudiant était également présent pour protester contre la précarité étudiante. Le président de l’UNEF Angers, Pasa Akin précise « à Angers, il y a plus de 40 000 étudiants, et le Crous ne propose que 2 340 lits. On propose le Resto Universitaite à 1€ mais ce n’est pas suffisant. Ce n’est pas normal que des étudiants dorment dehors. Le Crous manque de moyen et ça se voit, mais les logements proposés, dans le cadre privé, sont beaucoup trop chères et pas adaptés aux moyens des étudiants. Sans compter les Air’bnb avec des prix de touriste et les arnaques qui pullules sur les réseaux sociaux, cette situation va durer très longtemps« .