Culture

Une exposition « pédagogique tout public » sur la guerre d’Algérie, salle de la Godeline à Angers.

Publié

le

© Crédit photo Valentin LE GUILLOUX – Sylvère Vesnier, directeur du service départemental de l’ONACVG en Maine-et-Loire.

A l’occasion du 65ème anniversaire du début de la guerre d’Algérie, la salle de la Godeline à Angers accueille une exposition sur l’un des plus grands conflits du XXème siècle. Réalisée par l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONACVG), elle propose à tous les ligériens de venir s’informer, en famille, au travers d’objets de la période, de panneaux explicatifs et de plusieurs petits films d’archive.

C’est dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre 1954 que la guerre d’Algérie a officiellement démarrée (une nuit appelée Toussaint Rouge à cause des nombreux massacres perpétués). Pour rendre hommage aux victimes et afin d‘informer toutes les familles sur ce conflit, l’ONACVG a réalisé l’exposition « Guerre d’Algérie. Histoire commune, mémoires partagées », salle de la Godeline à Angers, au 73 rue Plantagenêt. Officiellement inaugurée à Paris en 2017 par Geneviève Darrieussecq, secrétaire d’État auprès de la ministre des Armées, la rétrospective a été d’abord dédiée aux groupes scolaires dans une optique pédagogique. « Cette année, pour le 65ème anniversaire du début de la guerre d’Algérie, nous testons cette exposition auprès des familles, en libre accès » note Sylvère Vesnier, directeur du service départemental de l’ONACVG en Maine-et-Loire. « L’idée est de présenter tous les points de vue différents sur le conflit pour qu’ils se complètent ».

L’exposition est composée de 23 panneaux explicatifs, créés par les historiens Raphaëlle Branche, Jean-Jacques Jordi et Abderahmen Moumen. 3 séquences animent le parcours. « D’abord la période coloniale qui évoque la conquête du territoire algérien et les relations entre populations européennes et algériennes. Dans un deuxième temps, on insiste sur la violence et la propagande employées durant cette guerre, appuyées par la collecte des mémoires d’anciens combattants, de harkis, d’algériens de France et de l’État. La dernière partie se consacre sur les publications culturelles qui relatent le conflit » explique Sylvère Vesnier. Des objets d’origine sont également à disposition ainsi que plusieurs petits films documentaires pour mieux comprendre les acteurs du conflit.

© Crédit photo Valentin LE GUILLOUX – L’exposition « La Guerre d’Algérie. Histoire Commune, mémoires partagées ? » est accessible gratuitement de 12h à 19h jusqu’à dimanche prochain.