Citoyenneté

A Beaucouzé, des adultes empêchent des enfants de rêver!

Publié

le

Photo de l’arbre et de ce qui reste de la cabane, en tas, à droite. Seule la balançoire est encore là.

Nous reproduisons ici, le message reçu d’une maman d’un enfant triste aujourd’hui, parce qu’un arbre le faisait rêver!

A Beaucouzé près d’Angers (Maine-et-Loire), ce matin, une cabane dans un arbre qui a été détruite.Mais c’est un univers de rêve et de jeu qui est anéanti dans le cœur d’enfants.

Depuis des mois, quelques enfants de Beaucouzé avaient construit une cabane dans un arbre. Un message avait été trouvé il y a deux semaines les informant qu’ils n’avaient pas le droit de jouer dans l’arbre de cette manière.

Ce matin, les enfants ont constaté que la cabane avait été entièrement détruite. Et pas un message, cette fois-ci, pas une explication.

Les larmes aux yeux, leurs rêves en miettes, les enfants partageaient la nouvelle en arrivant à l’école.

En tant que maman d’un des enfants, je souhaiterais témoigner que depuis des mois, mon fils, rêve, construit, imagine une vie de Robinson. Grâce à la cabane, avec son meilleur ami, ils ont pu partager des temps en plein air.

Depuis des mois, l’attrait pour la cabane est tellement fort que quelque soit le temps, mon fils me demandait d’y aller.

Trois choses me chagrinent:

  • si on interdit aux enfants de construire leurs rêves dans les arbres, au lieu de les accompagner pour le faire, dans le respect de la nature et en toute sécurité, ce n’est pas la peine de chercher des solutions pour leur éviter de tomber dans l’addiction aux écrans. Il faudrait commencer par laisser vivre ce qui les en sort.
  • le voisinage était soutenant par rapport à ce projet, admirant l’assiduité des enfants, se remémorant de bons moments dans la nature, eux aussi, quand ils étaient enfant. Cette cabane était certe un peu bohème, mais certainement inspirante.
  • bien que ceux qui ont détruit la cabane aient probablement cru bien faire, quelle violence, quelle brutalité de ne pas avoir pris le temps de défaire avec les enfants, pour un arrêt en douceur du projet. N’aurait-on pas pu faire ensemble, proposer une rencontre, même brève, pour expliquer aux enfants la nécessité de démonter leur bricolage (qu’un voisin était venu sécuriser).

Si les espaces verts de Beaucouzé ne représentent plus une opportunité de cohabiter, quel est le sens?
Les espaces verts sont là pour nous émerveiller, nous oxygéner, nous faire rêver, ancrer notre vivre ensemble dans un cadre de vie sympathique et coopératif.

Aujourd’hui, en ce 17 octobre, c’est loupé!

Maman d’un enfant triste aujourd’hui, parce qu’un arbre le faisait rêver!

La rédaction apporte chaque jour son lot quotidien d'information angevine, pour vous fournir l'essentiel de l'actualité de la journée.Vous avez une information urgente, pratique, n’hésitez-pas envoyez la nous sur redaction@my-angers.info

Continuer à lire
Cliquer pour commmenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ 65 = 66