Education

Une campagne pour faire découvrir les CPEF en Maine-et-Loire et libérer la parole des jeunes sur leur sexualité.

Publié

le

© Crédit photo CD49 – Tournage des 2 vidéos pour la campagne de communication des Centres de Planification et d’Éducation Familiale (CPEF) en Maine-et-Loire.

Tout est parti d’un constat : 40% des infections sexuellement transmissibles sont détectées chez les jeunes de 15 à 24 ans. Un pourcentage qui résume l’importance et l’urgence de communiquer sur un sujet encore tabou : la vie affective, relationnelle et sexuelle des jeunes. 2 vidéos viennent d’être mises en ligne sur les réseaux sociaux pour donner la parole aux jeunes et inciter ces derniers à venir poser leurs questions auprès des Centres de Planification et d’Éducation Familiale (CPEF). Explications.

9 Centres de Planification et d’Éducation Familiale (CPEF) sont présents en Maine-et-Loire, dont 2 à Angers (Boulevard Saint-Michel et rue Saint Exupéry). Pourtant, ces derniers ne parviennent pas à atteindre les jeunes de 15 à 25 ans pour diffuser leurs messages de sensibilisation sur les thèmes de sexualité, prévention et contraception. Le service communication du département a donc engagé une campagne d’information en partant d’un concept décalé qui utilise un panneau XXL pour faire réagir librement les jeunes sur leur sexualité. « On a pris des statistiques, des chiffres clefs sur la sexualité pour attirer le regard des jeunes » explique Caroline Martin, médecin au sein du CPEF d’Angers, boulevard Saint-Michel. « Pour se faire connaître, nous devons nous ouvrir à une nouvelle forme de communication, là où les jeunes sont présents, à savoir les réseaux sociaux » complète-t-elle. De fait, 2 vidéos sont accessibles depuis ce midi pour donner la parole aux jeunes sur leurs vies affectives, relationnelles et sexuelles. Disponibles sur Instagram, Snapchat et Facebook, elles donnent la parole aux élèves et étudiants rencontrés sur les campus du Maine-et-Loire. Dans la première vidéo, des réactions spontanées de jeunes ont été récoltées autour de leurs pratiques sexuelles. Dans la seconde vidéo, un médecin et une conseillère conjugale décryptent leurs réactions. « Consentement, homosexualité, influence négative de la pornographie sur les comportements sexuels de la nouvelle génération, violence, rapports non protégés, fausses représentations de la sexualité, recrudescence des IST,… il y a clairement un manque de communication sur ces sujets encore trop tabous » précise Caroline Martin.

Ces deux vidéos viennent également faire découvrir les CPEF venant gratuitement et anonymement en aide aux jeunes afin de répondre à leurs questions. « Nous ciblons principalement les jeunes mineurs ou en situation de précarité, mais nous ne fermons aucune porte » explique Caroline Martin. Aujourd’hui, 90% des personnes venant consulter les aides proposées par le CPEF sont des jeunes filles. « Une lente évolution se fait sentir auprès des garçons, mais en général, ils se sentent moins responsables sur les questions en lien avec la sexualité » note Caroline Martin. En France, c’est à l’âge de 13 ans (en moyenne) que l’on regarde son 1er film porno en cachette. Seuls 43% des étudiants utilisent un préservatif lors d’un rapport sexuel… c’est en partant de ces constats que les 2 vidéos viennent décrypter les questions sur la sexualité des jeunes. En 2018, 9.000 consultations et 3.300 entretiens avec des conseillères conjugales ont été réalisés dans les CPEF du Maine-et-Loire. En parallèle, 5300 jeunes ont été sensibilisés lors d’actions de prévention. « Un résultat encore insatisfaisant pour nous » conclut Caroline Martin.

La sexualité, ils en parlent sans tabou ! # 1 : https://www.youtube.com/watch?v=IgGh3aQRbOk

La sexualité, ils en parlent sans tabou ! # 2 : https://www.youtube.com/watch?v=ipJIZe1cY2U