Culture

A Angers, « L’upside clean », ou l’art de donner une seconde vie aux objets du quotidien

Publié

le

© Crédit photo Valentin LE GUILLOUX – Yanek Chomicki dans son atelier de travail, à Écouflant.

Plasticien angevin appartenant au collectif Toutl’Toutim, Yanek Chomicki travaille depuis l’an 2000 pour plusieurs projets culturels à Angers. Son crédo, faire de l’art avec des objets de récupération pour leur donner un second souffle au travers de projets participatifs.

« Ça fait 30 ans que je suis artiste, j’étais peintre à la base, aujourd’hui je me suis orienté vers les arts plastiques et je suis fier de vous dire que c’est mon activité principale » sourit Yanek Chomicki. Dernier projet en date au sein de la ville d’Angers, l’exposition Les Grand(e)s Cru(e)s sur le pont des Arts-et-Métiers lors des Accroche-Coeurs 2019. Une centaine de photos étaient affichées sur 20 colonnes érigées sur le nouveau pont angevin pour partager vos photos-souvenirs depuis les 20 ans d’existence des Accroche-Coeurs. « Tout le monde peut créer, il faut laisser aller son imaginaire et surtout se dire… oui je peux le faire » explique Yanek Chomicki.

« Ce qu’il faut retenir de mon travail, c’est que je veux donner une seconde vie à des anciens objets du quotidien pour amener une réflexion auprès du public ». Opposé au fait de jeter et engagé dans une politique écologique, Yanek Chomicki veut changer l’opinion publique pour limiter le gaspillage et la surproduction. En 2003, son premier projet pour Angers est d’ailleurs un atelier Récup’Végétal en partenariat avec Emmaüs au centre de loisirs de la Claverie. « Plus tard en 2006 lors des Accroche-Coeurs, le public a vu la vie en rose avec une colonie de flamand-rose fait avec des aspirateurs de récupération » (photo ci-dessus). Une des volontés principales de l’artiste angevin réside également dans le fait de créer des ateliers participatifs avec les habitants, de tous âges. Pour rappel en 2013, Yanek Chomicki avait assemblé 5.000 bouteilles d’eau dans le cadre du nouvel an chinois devant le Grand Théâtre d’Angers pour former un serpent d’eau géant. « Une autre particularité de mon travail, mes œuvres sont éphémères ». C’est ainsi que pour l’inauguration du tramway à Angers en juin 2011, des mannequins valises avaient été créés place du Ralliement. « Si je suscite des vocations en plus, alors là, j’ai réussi ma mission » confie l’artiste angevin aux 1000 et une idées.

Fidèle de la mouvance artistique upside-clean, Yanek Chomicki veut enfin développer une certaine solidarité entre les angevins, et aussi au sein des autres villes où il déambule pour apporter son point de vue artistique. Dans le cadre du nouvel an chinois, qui sera célébré du 17 au 19 janvier 2020 à Angers, il concevra un rat géant pour mettre en avant l’année spéciale en Chine. Les négociations sont actuellement en cours, mais plusieurs de ses œuvres seront exposées au sein de la ville d’Angers, notamment dans le cadre d’un partenariat avec l’Institut Confucius d’Angers.