Citoyenneté

Mémoires de Pierre : Un « Panorama du souvenir »

Publié

le

Crédit : B.D. Le collectif de chercheurs, historiens et photographes autour de leur ouvrage « Mémoire de Pierre ».

 

L’ouvrage « Mémoires de Pierre », réalisé sous l’égide du Département du Maine-et-Loire, recense en textes et en images les 400 monuments aux morts de l’Anjou. Il vient de sortir en librairie.

20.000 Angevins tombés sur le front

« La guerre peut sembler lointaine, rangée dans les mémoires, presque oubliée. Pourtant la parole s’est libérée, nous en savons beaucoup grâce aux lettres, souvenirs, dessins retrouvés et les monuments aux morts sont autant de traces collectives permanentes. » Christian Gillet, président du Conseil départemental du Maine-et-Loire, fait part de son émotion et de sa fierté à l’occasion de la sortie de l’ouvrage qui a été réalisé sous son égide, « Mémoires de Pierre », ce lundi 5 novembre à la Salle des fêtes de la Préfecture d’Angers. Les 400 monuments aux morts du département, « 400 cicatrices angevines », y sont répertoriés, photographiés, expliqués dans ce grand livre publié à l’occasion du Centenaire de la fin de la Grande Guerre.

« Du 3 août 1914, quand sonna le tocsin terrible de la guerre, jusqu’au 11 novembre 1918 à 11h quand tous les combats cessèrent », rappelle Christian Gillet, ce sont 90.000 jeunes soldats de l’Anjou qui furent envoyés au front. 20.000 sont morts à la guerre, 20.000 autres sont revenus blessés moralement ou physiquement. Le président du Département se souvient de la cérémonie du 11 novembre, « quand [il] était encore à l’école primaire, dans notre village de 400 habitants, le maire réunissait tous les enfants et énonçait les 40 noms de jeunes soldats morts pour la France ».

344 pages, 675 illustrations

Le devoir de mémoire est nécessaire, M. Gillet, « pour que règne la paix là où les conflits déchirent les hommes ». De ce devoir de mémoire, l’ouvrage « Mémoires de Pierre » en est une contribution majeure, en tant que « panorama du souvenir ». Basé sur un premier travail réalisé en 1998 par les membres de l’Université angevine du Temps Libre, tous les monuments érigés en Anjou au lendemain de la Première Guerre mondiale sont présentés dans les 344 pages et 675 illustrations qui composent ce beau livre.

Tous les aspects, y compris artistiques et symboliques, sont abordés pour que vive le message de ceux qui ont réalisé ces monuments. Qu’ils représentent les poilus en uniforme, tels qu’à Montreuil-Bellay, un soldat portant un frère d’arme décédé comme à Landemont, ou les veuves pleurant la perte de leur mari comme à Cholet, ces sculptures « honorent les 20.000 soldats, pour la plupart très jeunes, qui sont décédés à la guerre et qui n’ont pas pu avoir de sépulture sur les lieux de batailles dans la Marne ou la Somme », précise le préfet du Maine-et-Loire, Bernard Gonzalez. « Ces monuments, nous allons les préserver, les faire vivre », avance-t-il, « parce qu’on ne célèbre ni l’armée, ni la patrie, mais au contraire c’est la patrie qui célèbre les citoyens ».

Réalisé par un collectif de chercheurs, historiens, photographes sous la direction d’Elisabeth Verry, « Mémoires de Pierre » est désormais disponible auprès des Archives départementales du Maine-et-Loire et dans les librairies angevines au prix de 26 euros.

La rédaction apporte chaque jour son lot quotidien d'information angevine, pour vous fournir l'essentiel de l'actualité de la journée.Vous avez une information urgente, pratique, n’hésitez-pas envoyez la nous sur redaction@my-angers.info

Continuer à lire
Cliquer pour commmenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

51 + = 58