Citoyenneté

L’horloge des abattoirs à Angers va être déplacée.

Publié

le

L’horloge des abattoirs à Angers va être déplacée.

Installé depuis 2001 à l’entrée de l’Avenue Yolande d’Aragon, avec les travaux du tramway qui se poursuivent, “l’horloge des abattoirs” va être transférée non loin de là, près de la promenade Yolande d’Aragon. Retour sur l’histoire de ce phare emblématique du quartier.

imaginée et proposée par l’architecte Jules Blitz et installée en août 1909 pour matérialiser l’entrée des abattoirs qui se situait dans le prolongement du boulevard Henri-Arnauld.
Tout comme l’horloge, le bâtiment reposait sur une architecture industrielle mêlant bois et métal.

Comment est-elle construite ?

D’une hauteur totale de 14,85 mètres, elle est contenue dans une caisse de bois courbe qui s’évase vers le haut pour former un gracieux chaperon, rappelant la forme des pagodes. Les quatre cadrans sont éclairés la nuit. Au-dessus, une armature en fer forgé retient le timbre de 80 kg formant une cloche en bronze, à la manière d’un réveille-matin. Elle se remonte tous les huit jours et sonne heures et demies. Construite par les établissements Lussault à Tiffauges, c’est Coste-Chudeau, horloger 23 rue des Lices à Angers, qui l’installe en août 1909. Trois cadrans portent le nom de Lussault, le quatrième celui de l’horloger angevin.

Pourquoi est-elle positionnée dans le quartier aujourd’hui ?

En 1969-1970, un autre abattoir est construit boulevard du Doyenné, près du Marché d’intérêt national. À partir de là, le centre d’abattage du front de Maine sert de local associatif et de dépôt pour le service de la voirie de la Ville. Laissé ensuite à l’abandon, il est entièrement détruit en 1991. La mairie cherche alors à se réapproprier la zone et y implanter un nouveau quartier résidentiel. Le projet de l’architecte Claude Vasconi fait ensuite sortir de terre les immeubles du Front de Maine en 2001.
Avec au milieu, la fameuse horloge, comme un écho aux abattoirs d’autrefois.

En raison des travaux de la future ligne de tramway, l’horloge va déménager à quelques mètres de son emplacement, à l’entrée de la promenade Yolande d’Aragon.

En chiffres
– 1909 : année de construction
– 14,85 mètres de hauteur
– 80 kg de cloche en bronze
– 1980 francs c’est le coût de son installation

La rédaction apporte chaque jour son lot quotidien d'information angevine, pour vous fournir l'essentiel de l'actualité de la journée.Vous avez une information urgente, pratique, n’hésitez-pas envoyez la nous sur redaction@my-angers.info

Continuer à lire
Cliquer pour commmenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 + 4 =