Citoyenneté

Près d’Angers : une piscine pourrait voir le jour aux Pont-de-Cé, d’ici 2024

Publié

le

Les Ponts-de-Cé, Trélazé et Loire-Authion réfléchirait pour trouver un modèle de financement pour la construction d’une piscine sur la zone de Moulin-Marcille, d’ici 2024. L’équipement devrait coûter 16 à 18 millions d’euros.

Une nouvelle piscine aux Ponts-de-Cé, le maire, Jean-Paul Pavillon, en rêve « Nous sommes favorables à un équipement qui répond au besoin des communes du sud et de l’est d’Angers« . L’équipement imaginer sur le site de Moulin-Marcille devrait coûter entre 16 ou 18 millions d’euros selon la surface des bassins, qui peuvent être de 700 ou de 900 m². Les besoins sont importants parce que le bassin de population est conséquent avec environ 60 000 habitants sur les Ponts-de-Cé, Trélazé et Loire-Authion, mais aussi sur les communes de Sainte-Gemmes-sur-Loire, Les Garennes-sur-Loire, Mûrs-Erigné, Soulaines ou encore Brissac-Loire-Aubance.

Une piscine qui soulagerait celles d’Angers

Cette future piscine, qui pourrait voir le jour en 2024, pourrait soulager les piscines d’Angers, déjà saturées. D’où les difficultés des écoles du sud d’Angers pour trouver de nouveaux créneaux d’apprentissage. Jean-Paul Pavillon rappelle que « savoir nager est une priorité pour les enfants de 8 à 11 ans » et un élément incontournable en matière de prévention des noyades. Mais le montage du financement s’annonce difficile. Actuellement, « les communes concernées étudient leurs besoins » .Restera ensuite à savoir si Angers Loire métropole (ALM) accompagnera ce projet et jusqu’à quel montant. En cas d’accord, un financement de 20 à 30 % est attendu. L’agglomération devrait répondre très rapidement.

Une piscine pour 2024 ?

Ce lundi 9 novembre, le président d’ALM, Christophe Béchu, a annoncé au conseil communautaire que la zone de Moulin-Marcille serait examinée le mois prochain. Le financement pourrait également voir la participation de l’État et des fédérations sportives. Mais, si construire une piscine coûte cher, le fonctionnement de celle-ci est tout aussi onéreux. Il faut pouvoir payer le personnel, régler le chauffage, l’électricité, les systèmes de filtration, l’entretien… C’est là que des communes du sud d’Angers comme Brissac pourront aider à régler la facture. Une fois le financement arrêté, il faudra compter 30 à 36 mois de travaux après les appels d’offres. Ce qui permet d’espérer une piscine pour 2024 à Moulin-Marcillé, une zone déjà spécialisée dans les activités de sport et de loisirs.