Transport

Angers : après la dégradation de 108 trottinettes, Pony compte porter plainte contre Youth For Climate

Publié

le

Avec du marqueur indélébile et de la peinture, 108 trottinettes ont été mise hors service par Youth For Climate. Crédit : Youth For Climate

Mardi 10 novembre, un collectif de Youth For Climate a rendu hors-service 108 trottinettes de la société Pony. La société angevine annonce porter plainte et démontre que « les trottinettes constituent un moyen écologique et efficace de sortir de la voiture individuelle« .

« Pour nous, ces dégradations sont incompréhensibles. Nous partageons avec les membres de Youth For Climate de nombreuses valeurs et un même objectif. » s’indigne Paul-Adrien Cormerais, CEO et fondateur de Pony. Indigné, comme l’ensemble de l’entreprise après les dégradations réalisées sur 108 trottinettes « libre-service » de l’entreprise. Un acte réalisé mardi 10 novembre par un collectif de Youth For Climate Angers. Une incompréhension dû à l’engagement commun de l’entreprise avec le collectif. « Pony a été fondée autour d’une conviction : l’humanité ne parviendra pas à combattre le réchauffement climatique sans trouver une solution de déplacement permettant de réduire massivement le recours à la voiture individuelle. En France, le secteur des transports est le principal émetteur de C02, avec 39 % des émissions totales de gaz à effet de serre (ADEME). Plus précisément, 56% de ces émissions proviennent de la voiture individuelle. Dans ce contexte, l’équipe Pony est persuadée, comme les membres de Youth for Climate, que la société doit se mobiliser fortement pour agir en faveur du climat. C’est ce que fait chaque jour la société Angevine en proposant des véhicules qui permettent de se déplacer en respectant la planète« .

Obliger de porter plainte

« En dégradant 108 trottinettes, les membres de Youth for Climate ont empéché environ 324 trajets. Si ces derniers ont été réalisés en voiture, ce sont environ 80 000 grammes de CO2 supplémentaires qui ont été émis. » indique l’entreprise angevine qui se voit obligé de porter plainte pour réparer le préjudices subit par les propriétaires de trottinettes. Le modèle économique de Pony fait que ces trottinettes sont la propriété d’habitantes et d’habitants. « Les dégradations de véhicule ont ainsi touché des personnes aux profondes convictions environnementales. Si elles ont été remises en état en quelques heures, ce sont bien les trottinettes personnelles d’habitants engagés dans la transition écologique qui ont été dégradées » explique Pony.

Construire un dialogue

Pony exprime vouloir installer un dialogue avec Youth For Climate. L’entreprise montre que l’impact écologique est bien plus faible que ce que le collectif prétend « Propulsées par l’énergie électrique, les trottinettes sont zéro émission dans la ville. Toutefois, il convient d’évaluer ce bilan sur l’ensemble du cycle de vie du véhicule. En début d’année, pony a fait réaliser un bilan carbone de sa solution trottinette par un tiers indépendant. Le résultat est sans appel. Le bilan carbone d’une trottinette est de 29 grammes de CO2 par kilomètre parcouru. C’est neuf fois moins qu’une voiture individuelle thermique et trois à quatre fois moins d’un bus thermique« . De plus, Pony affirme avoir fait évoluer ses équipements, depuis 2017, pour augmenter la durée de vie des trottinettes et réduire l’empreinte carbone.

Le fondateur de Pony invite quand même le collectif à continuer de se battre pour l’écologie « Si nous sommes hélas dans l’obligation de porter plainte, nous les encourageons surtout à militer à nos côtés pour la création de pistes cyclables, l’instauration de malus écologique pour les SUV ou encore les aides à l’achat de vélos-cargo. Afin de construire ce dialogue commun, je proposerai un temps d’échange à ces citoyens dont je respecte l’engagement pour le climat, mais dont je condamne les modes d’action«