Citoyenneté

La résistante Noëlla Rouget est décédée à l’âge de 100 ans. Elle avait passé sa jeunesse à Angers

Publié

le

Photo portrait de Noëlla Rouget en 1942, avant sa déportation à Ravensbrück. Crédit : auteur inconnu

La résistante Noëlla Rouget s’est éteinte ce dimanche 22 novembre. Celle qui avait passé sa jeunesse sur Angers et qui avait gracié son bourreau, Vasseur, après sa déportation à Ravensbrück, est décédée à l’âge de 100 ans.

« C’est avec une immense émotion que le PRG Centre Gauche de Maine-et-Loire a appris le décès de Noëlla Rouget, résistante déportée à Ravensbrück et fiancée d’Adrien Tigeot » s’exprime le parti après le décès de la résistante Noëlla Rouget. Lors de la Seconde Guerre mondiale, elle entre dans les réseaux de Résistance de l’Anjou aux côtés de René Brossard, qui mourra torturé, et elle fera la connaissance d’Adrien Tigeot, originaire de la Chapelle-Hullin près de Segré avec qui elle se fiancera. Arrêtés tous les deux en 1943 sur dénonciation de Vasseur, Adrien Tigeot est fusillé et Noëlla Rouget déportée à Ravensbrück.

Suite à l’arrestation de Vasseur elle devient une militante de l’abolition de la peine de mort et écrit au président du tribunal que « Les horreurs vécues sous le régime concentrationnaire m’ont sensibilisée à jamais à tout ce qui peut porter atteinte à l’intégrité tant physique que morale de l’homme et j’ai rejoint les rangs de ceux qui font campagne pour l’abolition de la peine de mort« . Vasseur condamné à mort par la Cour de sureté de l’Etat en 1965, Noëlla Rouget demande la grâce qu’elle obtient auprès du Général de Gaulle.

« C’est une grande dame qui nous quitte, une combattante de la liberté et de l’abolition de la peine de mort » raconte le PRG Centre Gauche du Maine-et-Loire.

Continuer à lire
Cliquer pour commmenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

46 + = 56