Sante

L’intersyndical de la santé reproche les mesures prises par la direction du CHU d’Angers

Publié

le

[Archives] Manifestation contre le ségur de la santé le 2 juillet dernier par l’intersyndical de la santé. Crédit : Jimmy Joubert / Angers Info

Ce mardi 24 novembre, l’intersyndical de la santé, au CHU d’Angers, a boycotté le Comité Technique d’Etablissement. En cause, des projets de réorganisations réalisés par la direction du CHU.

Les syndicats Sud Santé, FO, et CFTC a boycotté le Comité Technique d’Etablissement (CTE), ce mardi 24 novembre. D’après eux, « après avoir annulé les points COVID hebdomadaires, la crise sanitaire est devenue, pour la Directrice Générale du CHU d’Angers, l’occasion de passer en force plusieurs projets de réorganisations très importantes au mépris de l’ensemble des collègues ». Au total, 7 réorganisations serait « à l’ordre du jour » pour les syndicats, avec une « mise en place de 12h , des alternances 10h/12h…. : la Réanimation Médicale, les Urgences, la Gériatrie, la Rhumatologie, la Chirurgie Ambulatoire, la Fédération des Spécialités et l’internat« .

Dans une période où une grandes parties des agents hospitaliers sont totalement mobilisés par la crise COVID et épuisés pour certains « par la situation extrêmement tendue dans les services« , il est impossible, selon les syndicats, que les équipes concernées puissent « se mobiliser, analyser, se projeter dans des nouvelles organisations. Pour certaines équipes, les services sont fermés et les collègues dispersés sur l’ensemble du CHU, un comble ! » Compte tenu cette situation, du plan blanc qui est en cours, et des réorganisations qui en découlent, « le travail de nos organisations syndicales pour préparer le CTE avec les collègues des services concernés est impossible à mettre en place. Comment défendre les attentes et revendications de nos collègues sans pouvoir se réunir, sans que les équipes soient au complet ? » s’interrogent les syndicats.

Une lettre adressé à la direction

Pour ces nombreuses raisons, l’intersyndicale a rédigé et transmis une lettre à la Directrice du CHU, le 13 novembre, « pour lui demander de reporter l’ensemble de ces réorganisations après la crise COVID d’autant plus que ces organisations ne sont prévues que pour démarrer début 2021« . Les syndicats ont, à ce jour, reçu aucune réponse à ce courrier et l’ordre du Jour du CTE a été maintenu dans l’état. « Force est de constater que cette direction est plus prompte à faire passer en force ses réorganisations qu’à mettre en place de véritables moyens pour améliorer les conditions de travail dans les services : Titularisations pour garantir les emplois, remplacements des arrêts, rémunération des contractuels sur les grilles en vigueur… » déplorent-ils. « Les méthodes autoritaires employées par la Directrice Générale ne sont plus acceptables. L’ensemble des salariés du CHU doivent être respectés ainsi que leurs représentants« .

L’intersyndicale FO, SUD, CFTC a donc décidé de saisir les tutelles, ARS, DGOS pour les informer « de ces méthodes inacceptables« .