Transport

Cyclistes en infraction : des ateliers de sensibilisation pour remplacer son amende.

Publié

le

© Crédit photo Valentin LE GUILLOUX – L’atelier « angles morts », tenu par la coordination de la sécurité routière, cet après-midi à l’Université Catholique de l’Ouest d’Angers.

Organisés par la coordination Sécurité Routière et plusieurs de ses intervenants départementaux, 43 cyclistes ont pu échapper à leurs amendes suite à des infractions commises ces jours derniers. Ceci étant grâce à la première opération d’alternative à la sanction vélo, organisée dans l’enceinte de l’Université Catholique de l’Ouest. Ces cyclistes contrôlés en infraction routière par la police se sont vus effacer leurs amendes à condition de participer à 4 ateliers de prévention. Une première opération en phase de test cet après-midi à Angers…

Avec le développement des modes de déplacement doux et notamment cycliste, le partage de la
route est un enjeu de sécurité routière de plus en plus important. Les cyclistes, usagers de la route vulnérables, n’ont pas toujours conscience du danger qu’ils courent, particulièrement en période hivernale. Pour la première fois, une opération d’« alternative à la sanction » a été proposée aux cyclistes à Angers, dans les locaux de l’UCO. Dans un cadre défini par le Procureur de la République, les cyclistes contrôlés en infraction routière par la police se voient proposer le remplacement du paiement de leur amende par la participation à des ateliers organisés et animés par la Coordination sécurité routière et ses partenaires, uniquement sur volontariat. Un village sécurité routière a donc été mis en place cet après-midi jusqu’à 16h30. Après son passage sur les différents ateliers et sous réserve de sa bonne participation, le contrevenant se voit définitivement annuler sa contravention.
Pour rappel en Maine-et-Loire, 26 personnes sont mortes depuis le début de l’année des suites d’un accident, dont 5 cyclistes. « De manière générale, les chiffres sont en baisse, à l’exception de la mortalité des cyclistes qui augmente par rapport à 2018 » précise Xavier Gay-Heuzey, commissaire général et directeur départemental de la sécurité publique. 43 personnes ont été accueillies cette après-midi pour être sensibiliser avec les 4 ateliers proposés : la révision du code de la route et infractions, témoignage d’accidentés, angles morts et équipements du cycliste et du vélo. « L’objectif est de faire l’inventaire des comportements à risque en vélo pouvant avoir des conséquences sur la route pour soi-même et pour les autres » explique Xavier Gay-Heuzey. De plus, le passage à l’heure d’hiver augmente les risques d’accident de près de 50% pour les usagers vulnérables entre 17h et 19h.

Des conseils et le rappel des sanctions pour les cyclistes

Lors de ces ateliers, des conseils ont été rappelés comme par exemple « ne jamais dépasser un camion par la droite », « privilégier le port du casque », « ne pas rouler sur les trottoirs » ou encore « le rappel des équipements obligatoires du cyclistes : un feu avant jaune ou blanc, rouge à l’arrière, le casque pour les enfants de moins de 12 ans ou le port d’un gilet rétroréfléchissant lorsque la visibilité est trop faible ». Les sanctions ont été mises en avant. 11€ d’amende pour un défaut d’équipement, 35€ d’amende si on ne respecte pas les règles de circulation, 135€ d’amende si on circule sur le trottoir, à contre sens ou pour usage d’un téléphone portable ou d’oreillettes sur le vélo. « Il faut redoubler de prudence vis-à-vis des règles lorsque l’on utilise les moyens de transports alternatifs » note Xavier Gay-Heuzey.

Et concernant les engins de déplacements personnels ?

Est sous-entendu notamment la trottinette électrique ou tout autre moyen de transport maniables, écologiques et économiques. Depuis quelques mois, ils ont explosé dans le quotidien des villes. D’ici juillet prochain, les trottinettes électriques devront avoir un éclairage intégré. Elles sont à ce jour limitées à 25 km/h, avec interdiction de rouler sur les trottoirs. Des prérogatives rappelées dans le décret paru le 25 octobre dernier.

« L’évolution des comportements est globalement positif, il y a beaucoup plus de personnes éclairées qu’il y a 15 ans. Cependant il y a une recrudescence des fautes de conduite, notamment sur les feux rouges, les stops grillés, le téléphone portable utilisé, les oreillettes ou la circulation sur les trottoirs pour les trottinettes électriques » conclut le commissaire général Xavier Gay-Heuzey. Il faut toujours garder à l’esprit qu’adopter les bons gestes vous sauvera la vie. Encore plus pour les modes de transports alternatifs…