Politique

Le Parti Socialiste de Maine-et-Loire déplore le vote de la loi sur la sécurité globale

Publié

le

Cette semaine a été votée la loi sur la sécurité globale. Un vote que déplore le Parti Socialiste de Maine-et-Loire.

« Cette semaine, des policiers se sont livrés à des agissements qui salissent la réputation de l’ensemble des forces de l’ordre et de l’aveu même du ministre de l’intérieur salissent la république » dénonce le Parti Socialiste de Maine-et-Loire pour dénoncer le vote favorable de la loi sur la sécurité globale. Les socialistes n’entendent alimenter « aucun amalgame et réaffirment la nécessité de restaurer un lien de confiance entre les citoyens et ceux qui sont chargés d’assurer leur sécurité« . Cela passe à la fois par un renforcement de la formation des policiers et par une révision des doctrines de maintien de l’ordre. « Mais la nécessaire confiance qui doit exister entre les français et leur police passe aussi par la transparence et la liberté d’informer sur la nature et l’exécution de leurs missions« . Pour le PS, le droit pour les journalistes d’exercer leur métier en toute liberté est un des principaux fondements de la démocratie. « Aujourd’hui, sous les coups portés par la droite à la liberté de la presse, c’est la démocratie qui vacille !« 

Une faute de la droite ?

« En s’alliant massivement aux députés de droite dans le vote d’une loi qui porte atteinte à la liberté fondamentale d’informer, la « République en Marche » a levé définitivement le doute sur son positionnement politique » perçoit le PS. En Maine-et-Loire, c’est une « connivence » entre LREM et LR que dénonce le PS, et celle-ci « ne fait plus aucun doute« . D’après le PS, Anne-Laure Blin, Denis Masséglia et Laetitia Saint-Paul en votant l’article 24 de cette loi « se sont tous les trois illustrés par leur cynisme à l’égard du monde de la presse et se sont comportés en fossoyeurs de nos libertés« .
Le PS salue également le positionnement des quelques députés LREM « qui se sont opposés à cette loi » et les invites désormais à « tirer toutes les conclusions de cette séquence politique et rompre avec la dérive droitière du pouvoir« . Il invite également tous les français à « se mobiliser contre cette loi qui porte atteinte à la liberté fondamentale qu’est la liberté de la presse, et, à l’instar des violences commises par certains policiers, abîme notre république« .