Citoyenneté

Le préfet de Maine-et-Loire précise les mesures d’assouplissement dans le département et ouvre les commerces ce dimanche

Publié

le

Pierre Ory, préfet de Maine-et-Loire. Crédit : Jimmy Joubert / Angers Info

Ce samedi 28 novembre marquera la première phase d’un déconfinement progressif partout en France. Le nouveau préfet de Maine-et-Loire, Pierre Ory, a précisé les mesures d’assouplissements du confinement dans le département.

Si le confinement est bien prolongé jusqu’au 15 décembre, celui-ci va connaitre les premiers effets d’un assouplissement souhaité par le Gouvernement. Cette première phase débute ce samedi 28 novembre et sera principalement marqué par la réouverture des commerces. Ces commerces seront autorisés à ouvrir jusqu’à 21h avec un protocole sanitaire renforcé. Ce protocole est principalement axé sur la règle des « 8m² par client » et le tout nouveau préfet de Maine-et-Loire, Pierre Ory, a précisé que « cette règle est valable pour tous les commerces, y compris les grandes surfaces« . Pour veiller au respect de cette règle, le préfet a demandé aux forces de l’ordre de surveiller l’accueil des clients « il faut être vigilant, si un établissement peut accueillir 1000 personnes, on doit s’assurer qu’il n’y a pas 1500 personnes. Il faut être capable de jouer le jeux« . Ce dernier a d’ailleurs précisé que des sanctions seraient prises en cas de non respect. Si l’inquiétude d’un afflux de client est présent, le préfet se rassure avec le « civisme » de la population, concernant le port du masque. Un port du masque obligatoire qu’il a bien évidemment prolongé jusqu’au 4 janvier, « on remarque que cela fonctionne. Les contraintes ne sont pas faciles mais elles ont un vrai effet » constate Pierre Ory. Une décision accouplée à un arrêté préfectoral autorisant l’ouverture des commerces ce dimanche 29 novembre « j’ai pris cette décision pour redonner du souffle à leurs activités » annonce le préfet. Une ouverture pour le dimanche 29 novembre, mais qui devrait être prolongé sur les dimanches de décembre « je dois voir les règles concernant le travail dominical avec les commerçants et on avisera pour une ouverture des commerces les dimanches de décembre. Il faut que ça soit fait dans les règles » explique-t-il.
Le préfet précise également que les visites immobilières ou bien les heures de conduite en auto-école sont bien évidemment autorisées dans le respect du protocole mis en place.

Des chiffres en baisse

Dans le Maine-et-Loire, la préfecture constate une réelle baisse du taux d’incidence qui est enfin passé sous la barre des 100 pour 100 000 habitants avec un taux à 95 pour 100 000. En revanche, ce taux reste toujours élevé chez les plus de 65 ans avec 125 pour 100 000. Des chiffres en baisse grâce aux mesures de confinement qui est toujours présent. L’attestation est donc toujours en place mais elle se voit modifier par la fameuse règle des 20km/3h. Dans cette règle, le préfet de Maine-et-Loire précise bien que les activités sportives comme la course à pied, la marche sportive ou encore le vélo est autorisé, mais à condition d’être seul. Il précise également que la chasse et la pêche sera possible à titre individuel, au même titre que les activités physiques de plein air, dans un rayon de 20 km autour du domicile et dans la limite de 3 heures, muni de l’attestation de déplacement dérogatoire. Après le 15 décembre, les règles changeront et le confinement fera place au couvre-feu, de 21h à 7h. Un couvre-feu avec deux exceptions pour le 24 et le 31 décembre. Le préfet rappel que « ces exceptions ne sont pas là pour oublier les règles sanitaires. Il faudra du bon sens de la part de tout le monde pour passer de bonnes fêtes de fin d’année« . Ce couvre-feu sera en place jusqu’au 20 janvier.

Rencontrer les restaurateurs

Récemment installé à la préfecture d’Angers, Pierre Ory a également indiqué vouloir rencontrer les représentants des restaurants et bars du département pour « écouter leurs revendications et les transmettre au gouvernement« . Pour le préfet de Maine-et-Loire, la prise de conscience est présente sur la souffrance de cette filière, mais il pense que ces derniers ne sont pas au courant des mesures misent en place pour les aider. « Beaucoup de restaurateurs ne doivent pas savoir qu’ils peuvent demander un abandon de loyer qui consiste au propriétaire d’abandonner le loyer perçu du restaurant et en contribution, ce dernier recevra un pourcentage du crédit d’impôt. Et je pense que c’est bien mieux que de ne rien recevoir du tout si le restaurant ne peut plus payer son loyer » précise-t-il.