Social-citoyenneté

« A la catho d’Angers, les précaires courbent la tête ou prennent la porte » selon le syndicat SNPEFP

Publié

le

« A la catho d’Angers, les précaires courbent la tête ou prennent la porte » selon le syndicat SNPEFP

Enseignante à temps partiel depuis 2008 au sein de l’Université Catholique de l’Ouest à Angers (Maine-et-Loire), Debra Reynolds a été convoquée à un entretien préalable à licenciement le 25 juin 2018. Malgré une manifestation de plus de 50 personnes, syndiqués et collègues, le jour de son entretien, la direction de l’UCO a procédé à son licenciement le 2 juillet 2018, avec comme seul motif invoqué l’absence de signature du CDII (contrat à durée indéterminé intermittent) qui lui était proposé pour l’année universitaire 2017-2018, indique le syndicat SNPEFP. L’établissement angevin refuserait la réintégration de sa salariée son le même syndicat.

Après 8 ans de Contrats à Durée Déterminée d’Usage (CDDU), l’UCO a présenté un CDII à Mme Reynolds afin de « pérenniser son emploi », cependant ce contrat ne comportait pas les informations sur les périodes travaillées et non-travaillés requise par le Code du Travail.

Au cours de l’année en question, Mme Reynolds s’est rapprochée de l’inspection du travail qui lui a confirmé que, dans sa situation, l’UCO devait lui proposer un CDI. En dépit de nombreuses échanges, l’UCO a préféré licencier une salariée de longue date au lieu de corriger cette erreur.

Deux mois après son licenciement Mme Reynolds a déposé un dossier devant le Conseil des Prud’hommes d’Angers. L’employeur n’a pas émis de proposition lors de la médiation. L’audience devant le conseil a eu le jeudi 27 juin dernier.

Le jeudi 4 octobre 2019, le Conseil des Prud’hommes d’Angers a reconnu que le licenciement devait s’analyser comme un licenciement sans cause réelle et sérieuse et a proposé que la salariée soit réintégrée dans ses fonctions.

L’UCO vient de refuser cette réintégration, « préférant payer des dommages et intérêts au lieu de reprendre une enseignante de langue, expérimentée dont les compétences sont reconnues par tous. » peste Christine Fourage, secrétaire générale CGT – Syndicat National des Personnels de l’Enseignement et de la Formation Privés

Le syndicat déplore les conditions de travail des enseignants « vacataires », « travaillant sous statut précaire avec des contrats à durée déterminée d’usage répétés qui les maintient dans l’incertitude, et dans des zones de non droit. Ils sont, pourtant, de l’aveu même de l’employeur, indispensables pour faire fonctionner le modèle économique de l’enseignement supérieur privé. Par là il faut comprendre : face à la concurrence, nous ne pouvons nous maintenir qu’en bafouant le droit de milliers de salariés ! « 

A travers le licenciement de Debra Reynolds, le SNPEFP-CGT constate que « cette institution d’enseignement supérieur catholique intimide tous les salariés qui souhaitent faire valoir leurs droits légitimes. »

Joint cet après-midi, l’UCO n’a pour le moment pas répondu à notre demande concernant cette situation.

La rédaction apporte chaque jour son lot quotidien d'information angevine, pour vous fournir l'essentiel de l'actualité de la journée.Vous avez une information urgente, pratique, n’hésitez-pas envoyez la nous sur redaction@my-angers.info

Continuer à lire
Cliquer pour commmenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

70 − 67 =