Angers

Le syndicat de police Alliance de Maine-et-Loire pousse un coup de gueule après les événement récents

Publié

le

Le syndicat de police Alliance de Maine-et-Loire pousse un coup de gueule après les événement récents (DR)

Dans un communiqué de presse intitulé « Les Policies sont désabusés », le syndicat de la police nationale, Alliance 49, dénonce le mauvais traitement des forces de l’ordre.

Après un week-end particulièrement mouvementé pour la police nationale, qui s’est vue pointée du doigt par de nombreuses personnes, dont une partie de la claque politique, suite à l’Affaire Ziecler, le syndicat Alliance 49 a publié un communiqué de presse pour dénoncer le mauvais traitement des forces de police.

Tout a commencé après l’arrestation de 2 agents de police, impliqués dans l’affaire Ziecler, pour des faits de violence « Le placement en détention provisoire de 2 de nos collègues parisiens est la goutte d’eau qui fait déborder la coupe qui était déjà pleine d’un ras le bol et d’un matraquage permanent des policiers depuis de nombreuses années. » s’indigne le syndicat Alliance. A travers cette histoire, le syndicat de la police nationale montre qu’il sonne l’alarme depuis maintenant plusieurs années « La société est incontestablement de plus en plus violente et les policiers sont les premiers à le constater et à le dénoncer régulièrement. Là où 300 agressions physiques par jour étaient constatées il y a 10 ans, on dépasse aujourd’hui 700 agressions physiques quotidiennes sans que cela ne semble émouvoir personne. Alliance Police Nationale CFE CGC ne cesse de réclamer plus de fermeté et plus de transparence dans les décisions judiciaires par la mise en place d’un observatoire (peine encourue, peine prononcée, peine effectuée). »

L’occasion également pour eux de revenir non pas, sur les « violences policières » montrées du doigt ces derniers jours, mais sur les violences contre la police. « Non seulement les policiers constatent l’augmentation de la violence mais ils la subissent. Chaque jour en France, 30 de nos collègues sont blessés. A chaque manifestation, des dizaines de policiers ou gendarmes sont victimes d’agressions physiques et pourtant nous répondons présents pour sauver la démocratie. Le week-end dernier 98 blessés parmi les forces de l’ordre sur le territoire dont 1 policier à Angers. Chaque jour, des policiers sont reconnus, identifiés et mis en pâture sur les réseaux sociaux. Alliance Police Nationale CFE CGC dénonce systématiquement ces agissements car nos collègues, leurs conjoints, leurs enfants sont menacés comme cela a été le cas il y a quelques semaines à Angers où l’un de nos collègues a vu sa photo être publiée sur le réseau « SNAPCHAT » avec des individus prêts à payer pour obtenir son nom et son adresse personnelle… (sans doute pour lui apporter des fleurs !) »

Le syndicat Alliance 49 dénonce également dans ce communiqué, une « justice à deux vitesses » à travers les décisions prises lors de la crise sanitaire ou simplement le « laxisme judiciaire » « C’est le monde à l’envers où l’on nous demande de verbaliser 135€ pour le non-port d’un masque alors qu’on laisse repartir un fumeur de shit avec un simple rappel à la loi ; c’est le monde à l’envers où l’on nous demande de verbaliser un conducteur à 90€ pour avoir rouler à 51 kms/h alors que des multirécidivistes de graves infractions pénales sont libres dans nos rues. ». Surprenant, Alliance revient également sur l’affaire Benalla pour montrer son indignation « C’est le monde à l’envers lorsque Alexandre Benalla, sous prétexte de la présomption d’innocence est laissé libre à l’endroit où nos collègues du 17ème arrondissement de Paris sont placés en détention comme s’ils étaient des assassins. »

Les policiers sont « désabusés » et « plus personne n’y comprend rien » selon Alliance Police Nationale CFE CGC 49. Et des solutions sont plus ou moins proposées dans ce communiqué « Alors on peut changer ou tenter d’améliorer le fonctionnement de la Police Nationale – certes il faut une formation de qualité mais pas uniquement la formation initiale, il faut aussi un suivi et une formation continue qui est aujourd’hui quasi inexistante et cela personne n’en parle ! On peut nous doter d’équipement de plus en plus important : casques, protections, boucliers, caméras piéton (mais nous demandons des vraies caméras, solides, résistantes, avec des batteries de qualités, et non pas des sous marques qui ne fonctionnent pas comme souvent tout ce qu’on nous donne dans la police pour des raisons économiques). Il faut certes augmenter les moyens humains et matériels des forces de l’ordre, c’est une nécessité. ». Mais pour le syndicat Alliance, le problème est ailleurs et il serait sociétal et politique. « La société ne peut plus agir en écoutant les casseurs, les blacks blocs, certains médias qui attisent les braises en permanence, l’extrême-gauche et tous ceux qui sont systématiquement contre tout… Il faut arrêter l’angélisme et réprimer sévèrement celles et ceux qui parmi nos citoyens ne respectent plus rien et commettent impunément des infractions chaque jour. Le chef de l’Etat doit être le garant des équilibres démocratiques – Il ne peut pas appeler Michel ZECLER, condamner nos collègues avant l’enquête, et ne pas appeler personnellement les 98 policiers qui ont été lynchés et blessés par des voyous sous les caméras des journalistes (qui pourraient d’ailleurs être poursuivis pour non-assistance à personne en danger) le samedi 28 novembre dernier »

Le communiqué de presse se conclue ainsi « La police est le métier où il y a le plus de contrôles et de sanctions prononcées – Alors nous devons être exemplaires et nous le sommes en toute transparence. Les policiers sont profondément républicains – Mais la situation est grave – Il faut protéger ceux qui protègent et il faut faire vite avant que plus personne ne soit en capacité de protéger. Les policiers en ont ras-le bol d’être sous le feu des projecteurs – Ils veulent faire leur boulot, au service de la population, en étant protégés. En attendant, les policiers de Maine et Loire sont désabusés. Alliance Police Nationale CFE CGC 49 appelle les policiers du département à faire preuve du plus grand discernement et à n’intervenir que sur les missions qui nécessitent notre présence absolue : pas de risque, pas d’initiative ! »