Economie

Le patron du Medef Geoffroy Roux de Bézieux à Angers ce lundi.

Publié

le

© Crédit photo Valentin LE GUILLOUX – Geoffroy Roux de Bézieux (Président du Medef France) était à Angers cet après-midi pour le centenaire du Medef en Anjou, en compagnie de son président Bertrand Schaupp.

Le Président du MEDEF était en déplacement cet après-midi à Angers dans le cadre du centenaire du MEDEF Anjou. L’occasion de revenir sur la profonde réforme entamée par le MEDEF national depuis 18 mois et son impact sur le MEDEF territoriaux. La grève du 5 décembre, l’environnement et la retraite ont également été au programme de cet échange…

Ce soir, le MEDEF Anjou a décidé de célébrer comme il se doit son centenaire en organisant une soirée aux Greniers Saint-Jean. À cette occasion, Geoffroy Roux de Bézieux (Président du Medef France) est venue à Angers pour expliquer les 4 points principaux de sa réforme, entamée il y a quelques mois. « Premier point important : il faut donner un poids plus significatif au territoire, notamment avec son conseil exécutif et son assemblée permanente » a-t-il commencé. De fait, cette nouvelle réforme a été approuvée à 97,6% en début du mois de juillet et se définit comme la plus importante des 20 dernières années. La première organisation patronale résume ainsi sa raison d’être sous la formulation « agir ensemble pour une croissance responsable ».

Forte de ses 173.000 adhérents, son Président a tenu de rappeler son renoncement d’ici 2023 « à 4,4 millions d’euros de financements issus du paritarisme, pour renforcer son indépendance ». « Ce ne sera pas d’un seul coup, tout dépendra de l’argent des entreprises » a-t-il ajouté. Troisième mesure importante de la réforme, la féminisation des instances, en portant la part des femmes aux pourcentages de cheffes d’entreprises sur le territoire, « ce qui fera un passage de 8% à 30% de femmes à la tête des instances » explique-t-il. Pour autant, aucune sanction ne serait appliquées pour les récalcitrantes… Dernier point important : le Medef se doterait d’une structure permanente pour dialoguer avec les ONG. « Sur les thématiques de l’environnement, mais pas que… nous avons reçu une soixantaine d’ONG au Medef, nous devons formaliser cette relation », tout en insistant sur un dialogue avec la WWF. « La France ne pourra pas tout faire sur la question de l’environnement, il faut aussi regarder du côté des pays les plus pollueurs (la Chine et l’Inde) ». Une nouvelle réforme qui inscrit le Medef de manière plus stable sur le territoire, avec de nouveaux enjeux à la clef.

100 ans du Medef Anjou

100 ans que les entrepreneurs angevins se sont regroupés, « c’est plutôt bon signe, l’existence du MEDEF est justifiée auprès de ses adhérents, au vu de la vitalité du territoire » précise Geoffroy Roux de Bézieux. Petite particularité en Anjou, 2 antennes du Medef sont présentes : une à Angers, l’autre à Cholet. « Gage de réussite au sein de la région, au premier semestre de l’année le nombre de demandeurs d’emploi (porté à 20.000) a été similaire au nombre d’offres d’emploi, prouvant que le chômage se réduit dans la région et sur Angers » indique le Président du Medef.

La réforme des retraites

Geoffroy Roux de Bézieux a tenu en fin de rencontre à s’exprimer sur la réforme des retraites. « Le Medef n’est pas demandeur de ce régime par point. Il y a un problème d’équilibre de ce régime qui va en grandissant ». Rappelant le principe d’équité avant l’équilibre, 3 solutions ont été évoquées par le Président du syndicat patronal. « Soit on baisse les pensions, soit on augmente les cotisations patronales, soit les gens travaillent plus longtemps… plusieurs solutions sont possibles mais la dernière reste la plus vraisemblable ». Ainsi, « il faudra travailler plus longtemps » a conclut Geoffroy Roux de Bézieux.