Politique

Les orientations budgétaires au débat lors du Conseil départemental de Maine-et-Loire

Publié

le

Crédit TB – Christian Gillet, Président du Conseil Départemental de Maine-et-Loire.

Le conseil départemental a commencé par une minute de silence en mémoire des 3 secouristes de la Sécurité Civile décédés dans le Var et des 16 Français morts dans l’exercice de leurs fonctions. Le résumé des principaux éléments abordés en assemblée du conseil départemental.

– Le principe d’égalité Homme – Femme : Pour acter l’égalité entre les Hommes et les Femmes à l’échelle du département, la charte européenne a été signée aujourd’hui lors du conseil départemental. 6 principes fondamentaux la composent.

– La sécurité informatique : Il a été rappelé la responsabilité des employés départementaux d’utiliser à bon escient les ressources informatiques et les communications électroniques. Une nouvelle charte informatique est mise en place, actualisée en fonction du Règlement Général sur la Protection des Données. « Une charte qui permettra également aux concitoyens de prendre conscience des dangers et de la précaution à employer les objets connectés, notamment dans la gestion des données » précise Christian Gillet.

– Le pouvoir des collectivités : « Le Président de la République s’est dit enclin à un grand débat sur la décentralisation et pour plus de pouvoirs pour les collectivités, j’y suis favorable moi aussi » annonce Christian Gillet, ce matin. L’opposition représentée par le Groupe de Gauche et son leader Grégory Blanc a d’ailleurs tenu de rappeler à Christian Gillet plus de transparence dans la gestion de la collectivité et le respect des conseillers départementaux minoritaires sur leurs cantons. « Les conseillers départementaux sont les représentants légitimes, élus par leurs concitoyens, pour représenter leurs cantons au Département et le Département sur leurs cantons. Nous sommes les intermédiaires de la démocratie représentative » fustige Grégory Blanc.

– L’Hôpital de Longué-Jumelles : « Aujourd’hui rien est réglé, mon inquiétude est la même quant à l’avenir de cet établissement et la sauvegarde des emplois » ajoute Christian Gillet. Il a demandé que ce dossier aboutisse rapidement en respectant les finances publiques, l’intérêt des résidents et des salariés à long terme.

Néanmoins, quelques points positifs ont été soulevés pour le Maine-et-Loire, notamment sur la politique budgétaire globale. « Entre le début du mandat et aujourd’hui, le coût des intérêts d’emprunt est passé de 14 millions d’€ à 10 millions d’€ » se félicite le Président du Conseil Départemental. « En 2019, nous avons réduit notre dette de 75 millions d’€ » estime Christian Gillet, Président du Conseil Départemental. Le département étant endetté à ce jour à 378 millions d’€, soit 468€ par habitant, tout juste dans la moyenne des départements similaires. Du côté des dépenses de fonctionnement, elle s’élève en ce fin d’année en dessous de la moyenne des départements de mêmes strates, à 734€ par habitant.

– Les investissements du département : +17% d’investissement a été observé pour le Maine-et-Loire en 2019, avec un nouveau budget de 80,7 millions d’€ pour l’année 2020 (contre 67,2 millions d’€ en 2019). Ces derniers sont menés en faveur des collèges, avec un budget doublé pour ces derniers passant de 12,4 millions d’€ en 2019 à 23,2 millions d’€ dès 2020, mais également pour les routes départementales (+20% de budget portant la somme totale des investissements routiers à 12,2 millions d’€).

– La question du SDIS49 : Tous les départements de France constatent une forte augmentation des dépenses du personnel et du fonctionnement de leurs Services Départementaux d’Incendie et de Secours. Sur le Maine-et-Loire, une dotation supérieure de 1,5 millions d’€ est réclamée pour 2020, avant une nouvelle de plus de 5 millions pour 2021. « Une situation intenable » a conclut Christian Gillet.

– Le budget des solidarités : Ce dernier comprend les aides aux personnes âgées, handicapées, à la protection de l’enfance ou toute personne en précarité sociale. C’est le premier domaine d’intervention du Maine-et-Loire, qui représente 67% de son budget, soit 418 millions d’€. 100.000€ seront consacrés dès l’année prochaine au financement d’étude d’ingénierie pour soutenir les EHPAD et l’installation de la télémédecine. Côté emploi, la nouvelle plateforme JobAnjou sera mise en place pour les entreprises et pour les personnes bénéficiant du RSA. « Cette plateforme de géolocalisation des offres d’emplois et des demandeurs permettra une meilleure mise en relation des deux parties » précise le Président Gillet. Une plateforme qui sera reprise par d’autres départements à terme.

– Les bénéficiaires du RSA : L’objectif est d’augmenter le nombre de bénéficiaires du RSA d’ici le premier trimestre 2020, mais en parallèle d’accroitre également le nombre de personnes sortant du RSA. 6.000 personnes ne bénéficient plus du RSA chaque année. La plateforme JobAnjou contribuerait en partie à ceci.

– La politique culturelle du département : Le Festival d’Anjou va changer de directeur artistique pour sa 71ème édition. Place à Jean Robert-Charrier qui ouvrira un nouveau chapitre ayant pour vocation « de se renouveler et d’attirer de nouveaux publics » précise Christian Gillet. Pour la collégiale Saint Martin, l’automne 2020 donnera naissance à une forêt imaginaire en son antre.