Culture

Après restauration, 5 tableaux réintègrent l’église Saint Joseph d’Angers.

Publié

le

© Crédit photo Valentin LE GUILLOUX – Patrick Buti (restaurateur de la grande toile) et Étienne Vacquet (conservateur du patrimoine au Conservatoire Départemental du Patrimoine).

L’église Saint-Joseph d’Angers s’est vue revêtir sur ses murs 5 œuvres entièrement restaurées. Il s’agit de tableaux : La mort de Saint-Joseph d’Eugène-Pierre Appert, Moïse recevant les Tables de la Loi de Nicolas Prévost, Le Reniement de Saint-Pierre d’après Seghers, Le souper d’Emmaüs d’après Philippe de Champaigne et La vision de Saint-Martin d’après Eustache Le Sueur. Des peintures qui étaient présentes à l’origine au sein de la paroisse… Explications.

L’église Saint-Joseph d’Angers a été construite en 1849. Depuis la loi de séparation des Églises et de l’État en 1905, c’est la ville d’Angers qui est en charge de la protection des objets liturgiques au sein des églises. « Dans les années 1970, la plupart des tableaux de l’église St Joseph ont été décrochés pour procéder à des travaux structurels sur le bâtiment. Ils ont été stockés dans des musées, et aujourd’hui on veut leur redonner leurs valeurs » explique Étienne Vacquet, conservateur du patrimoine au Conservatoire Départemental du Patrimoine. À l’origine, 22 tableaux et 1 tapisserie étaient présents jusqu’à la fin des années 60 dans cette église. Des opérations de nettoyage ont été lancées depuis 2018 par la ville d’Angers, avec le soutien scientifique de la Conservation des Antiquités et Objets d’Art ainsi que l’aide financière du Département du Maine-et-Loire. 5 tableaux ont été restaurés et ré-accrochés aux murs de l’église Saint-Joseph. 50.000€ de travaux de restauration auront été nécessaires au total.

> « La Mort de Saint-Joseph » d’Eugène-Pierre Appert

C’est le plus grand des 5 tableaux, dominant de 5 mètres de haut par 3 mètres de large. Quelques déchirures et déformations étaient présentes sur la toile et sur le cadre. 7.702€ de dons auront été nécessaires pour sa restauration totale. Elle est inscrite au titre des Monuments historiques et a été présentée au Salon de Paris en 1847. C’est en 1852 qu’elle est arrivée au sein de l’église Saint-Joseph.

> « Moïse recevant les Tables de la Loi » de Nicolas Prévost

L’œuvre provient du château de Richelieu où elle ornait l’une des cheminées de la salle des Devises. Ce tableau a été offert à l’église Saint-Joseph par le Vicomte de Ruillé. Elle illustre Moïse qui reçoit de Dieu les tables sur lesquelles sont inscrits les 10 commandements.

> « Le Reniement de Saint-Pierre » d’après Seghers

La peinture relate un épisode de la Passion du Christ, au cœur de la nuit du jeudi Saint. 3 personnages accusent Pierre d’être le disciple de Jésus. 3 fois il le reniera par peur d’être arrêté.

> « Le souper d’Emmaüs » d’après Philippe de Champaigne

Il s’agit de l’une des apparitions du Christ après sa Résurrection. L’original de ce tableau est conservé au musée des Beaux-Arts d’Angers.

> « La vision de Saint-Martin » d’après Eustache Le Sueur

C’est une copie du XIXème siècle d’un tableau Eustache Le Sueur. Saint Martin, abbé puis évêque de Tours, est représenté en habit monacal.