Justice

Après 179 agressions cette année, le SDIS de Maine-et-Loire équipe les pompiers de caméras piétons.

Publié

le

DR- Après 179 agressions cette année, le SDIS de Maine-et-Loire équipe les pompiers de caméras piétons.

Face à la montée des agressions envers les sapeurs-pompiers en intervention et refusant toute banalisation de ces actes, le SDIS de Maine et Loire s’est inscrit dans le dispositif expérimental prévu par le décret n° 2019-743 du 17 juillet 2019 en équipant ses sapeurs-pompiers de caméras piétons. 3 caméras seront à disposition des pompiers dès ce week-end à Angers.

Ces caméras seront portées lors des interventions de secours afin de prévenir les passages à l’acte et, « si cela s’avère nécessaire, collecter des preuves pour identifier et poursuivre les auteurs d’agressions verbales ou physiques à l’encontre de ses personnels. » prévient ce soir la Préfecture de Maine-et-Loire

Ainsi, le centre de secours principal de l’Académie à Angers, est désormais doté de 3 caméras piétons. Elles seront mises en service dès ce week-end.

Les caméras ne seront déclenchées qu’en cas de nécessité, c’est-à-dire lorsque se produit ou est susceptible de se produire un incident de nature à mettre en péril l’intégrité physique des sapeurs-pompier intervenants, eu égard aux circonstances de l’intervention ou au comportement des personnes concernées.

« Le droit d’opposition au tournage pour ce type de matériel ne s’applique pas » explique la Préfecture . Aucun enregistrement n’est conservé sur la caméra après l’intervention. Les images seront conservées pendant six mois puis détruites automatiquement à l’issue de ce délai. En outre, les sapeurs-pompiers porteurs de ces appareils ne peuvent à aucun moment visionner les images prises, dont l’accès et l’utilisation sont protégés, conformément aux exigences formulées par la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL).

Les agressions de sapeurs-pompiers dans le Maine et Loire concernent autant le milieu urbain que rural.

En 2019, au 1er décembre, plus de 170 sapeurs-pompiers ont été agressés soit verbalement soit physiquement sur le territoire départemental. Les dépôts de plainte ont progressé de plus de 152 % cette année pour s’établir à 48 contre 19 l’année passée à la même époque.

« Ce dispositif expérimental renforcera en outre, l’identification des auteurs potentiels d’actes délictueux à l’encontre des sapeurs-pompiers. » conclue la Préfecture dans son communiqué

La rédaction apporte chaque jour son lot quotidien d'information angevine, pour vous fournir l'essentiel de l'actualité de la journée.Vous avez une information urgente, pratique, n’hésitez-pas envoyez la nous sur redaction@my-angers.info

Continuer à lire
Cliquer pour commmenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ 1 = 6